Depuis la semaine dernière, les régions du Québec ont leur couleur. Le «système d’alertes régionales et d’intervention graduelle» du gouvernement Legault prévoit quatre paliers (vert, jaune, orange ou rouge).
Depuis la semaine dernière, les régions du Québec ont leur couleur. Le «système d’alertes régionales et d’intervention graduelle» du gouvernement Legault prévoit quatre paliers (vert, jaune, orange ou rouge).

Vert, jaune, orange ou rouge? Petit guide des alertes

Marc Allard
Marc Allard
Le Soleil
(NDLR : Depuis la publication de cet article, le gouvernement du Québec a changé certaines régions de niveau d'alerte, mais sans toujours appliquer les restrictions correspondantes.) Depuis la semaine dernière, les régions du Québec ont leur couleur. Le «système d’alertes régionales et d’intervention graduelle» du gouvernement Legault prévoit quatre paliers (vert, jaune, orange ou rouge). Un document de travail de la Santé publique publié discrètement jeudi par le ministère de la Santé après avoir été dévoilé sur Twitter la veille par un citoyen révèle plus précisément le plan des autorités. Qu’est-ce que ces couleurs changent dans vos vies? Suivez le guide.

VERT

  • Palier 1 Vigilance 

La transmission du virus est faible. Mais on est encore en période de pandémie. C’est la «nouvelle normalité», écrit la Santé publique dans son document de travail. Alors, il faut porter le masque dans les lieux publics intérieurs, maintenir le deux mètres de distance, tousser dans votre coude, jeter vos mouchoirs dans la poubelle et vous laver les mains souvent. Le recours aux bulles sociales et au télétravail reste prescrit. Le gouvernement se garde la possibilité d’adopter des mesures spécifiques à certaines activités ou certains milieux qui présentent un risque plus élevé. 

En chiffres

  • Moins de 2 nouveaux cas quotidiens par 100 000 personnes
  • Moins de 2 nouvelles hospitalisations quotidiennes par 1 million de personnes

JAUNE

  • Palier 2 Préalerte

Le virus se transmet dans la communauté : les écoles, les milieux de travail, les résidences pour aînés, les bars, les restaurants, etc. Les mesures sanitaires de base sont renforcées et les autorités surveillent davantage. Les policiers, notamment, font des visites dans les commerces et dans des lieux achalandés pour s’assurer du port du masque ou du respect de la distanciation sociale. Ils peuvent donner des contraventions. 

En chiffres

  • De 2 à 6 nouveaux cas quotidiens par 100 000 personnes
  • De 2 à 4 nouvelles hospitalisations quotidiennes par 1 million de personnes 

ORANGE

  • Palier 3 Alerte modérée

(NDLR : Pour l'instant, les bars, salles à manger de restaurants, salles d'entraînement et spas n'ont pas été fermés dans les régions en zone orange.)

La pandémie prend de l’ampleur et les hospitalisations s’accentuent. Certains secteurs d’activité et milieux où le risque de transmission est jugé plus élevé font l’objet de restrictions, d’interdictions ou de fermetures de façon sélective. Les déplacements interrégionaux deviennent non-recommandés. Les bars, brasseries, tavernes, casinos et salles intérieures des restaurants ferment. Les sports avec contacts «inévitables ou fréquents» (ex : sports de combat, football, basketball, etc.) , les compétitions sportives et les matchs et certains loisirs actifs à l’intérieur (ex : gyms, spas) sont interdits. Le couvre-visage doit être porté en tout temps dans les salles de spectacle et les marchés extérieurs, notamment. 

En chiffres 

  • De 6 à 10 nouveaux cas quotidiens par 100 000 personnes
  • De 4 à 8 nouvelles hospitalisations quotidiennes par 1 million de personnes 

ROUGE

  • Palier 4 Alerte maximale

On se rapproche du confinement, même si le gouvernement veut éviter autant que possible un «confinement généralisé» comme au printemps. Des activités non essentielles pour lesquelles le risque ne peut pas être contrôlé suffisamment peuvent être stoppées. Les rassemblements privés ne sont permis que pour les gens de la même adresse. Les rassemblements organisés sont limités selon le type d’activité. Seuls les déplacements interrégionaux essentiels sont permis. Les restaurants ferment, sauf pour la livraison et les repas à emporter. Les commerces de soins personnels et esthétiques ferment aussi. Les services professionnels et de santé en cabinet privé peuvent rester ouverts, mais seulement pour des services jugés «urgents» ou «semi-urgents». Les sports avec contacts rares et les loisirs actifs à l’intérieur sont interdits. Les lieux récréotouristiques intérieurs et les croisières ferment, de même que les hébergements touristiques, sauf pour exception. 

En chiffres

  • Plus de 10 nouveaux cas quotidiens par 100 000 personnes
  • Plus de 8 nouvelles hospitalisations quotidiennes par 1 million de personnes