Le dossier est en traitement depuis plusieurs années à la mairie de Saint-Jean-de-l’île-d’Orléans. Plusieurs scénarios ont été évalués, pour finalement trancher en faveur de l’égout municipal.

Vers moins de contamination de puits à l’île d’Orléans

Il y aura des travaux sur la route ceinturant l’île d’Orléans ce printemps, du côté de Saint-Jean. Une série de résidences riveraines seront branchées à l’égout municipal, ce qui devrait notamment réduire la contamination de puits.

Le projet d’infrastructure est d’une envergure limitée, note la directrice générale Marie-Ève Bergeron. Autour de 700 mètres, 800 mètres de tuyauterie à dérouler entre l’historique Manoir Mauvide-Genest et le Resto de la plage.

Mais ces raccordements élimineront des installations sanitaires privées parfois fatiguées sur la rive du fleuve. Ce qui devrait diminuer, voire éliminer, les coliformes fécaux repérés dans certains puits du secteur. Du moins, c’est un des objectifs.

Ce dossier est en traitement depuis plusieurs années à la mairie de Saint-Jean-de-l’île-d’Orléans. Plusieurs scénarios ont été évalués, pour finalement trancher en faveur de l’égout municipal.

«Initialement, il y a des gens dont l’installation septique était due pour être changée.» Ce qui les aurait forcés à respecter les normes modernes. Les propriétaires de la trentaine de maisons, de chalets et du restaurant ont donc contacté la municipalité pour évaluer les options. «Il y a beaucoup de gens, vu que les terrains sont petits, qui ont des installations septiques sans champ d’épuration.» De grosses cuves, parfois vieilles, qui devaient être vidées régulièrement. D’autres ont des champs d’épuration, mais ils ne sont pas tous performants. Dans le lot, il y aurait des fuites.

À l’arrivée du temps chaud, la machinerie devrait donc débarquer pour installer la tuyauterie. Les pelleteuses ne creuseront toutefois pas sous le chemin Royal. La canalisation passera en bordure, «sur les terrains des citoyens», indique Mme Bergeron. 

Les ouvriers reviendront aussi en 2019. «On va le faire en deux étapes. Une première étape qui va être au printemps 2018. Puis l’autre partie va être l’année prochaine.»

Une version précédente de cet article indiquait que «quelque 85 % de la note sera répartie entre les propriétaires du coin qui l’épongeront sur leur compte de taxes. Le 15 % restant sera payé par la municipalité», tel que l'avaient évalué les autorités municipales, en entrevue. Jeudi matin, on nous a toutefois indiqué que l'absence de bâtiments publics dans le secteur des travaux fait en sorte la facture sera finalement entièrement répartie entre les propriétaires des demeures qui seront branchées au réseau d'égout.