Véronique Hivon est députée de Joliette depuis 2007, ayant obtenu de fortes majorités de 5000 à 7500 chaque fois.

Véronique Hivon en danger dans Joliette?

Après les rumeurs entourant la course dans Rosemont, où le chef péquiste Jean-François Lisée ferait face à une vive opposition, voilà que la vice-cheffe du Parti québécois (PQ) Véronique Hivon serait elle aussi en danger dans sa circonscription.

D’après un sondage Mainstreet réalisé pour Groupe Capitales Médias et datant du 29 août, Mme Hivon tirerait de l’arrière par 36,4 à 41 % sur le candidat caquiste François St-Louis, après répartition des indécis. Un peu plus de 600 personnes ont été interviewées, ce qui donne une marge d’erreur de ± 3,9 %, 19 fois sur 20.

Québec solidaire et le Parti libéral suivent très loin derrière, à 7 et 6 % respectivement, alors que les «autres partis» recueillent un total de 10 %.

Plus tôt dans la campagne, le PQ a publié des sondages internes suggérant que tant M. Lisée que Mme Hivon étaient en avance dans leurs circonscriptions. Mais ce type de sondage est généralement considéré comme relativement peu fiable, et ce n’est pas la première fois que Mainstreet observe que Mme Hivon se fait «chauffer» dans Joliette : en juillet, une autre de ses enquêtes, réalisée pour le blogue politique Qc125 et L’actualité, y montrait la Coalition avenir Québec (CAQ) et le PQ à égalité statistique.

Rappelons que Mme Hivon est députée de Joliette depuis 2007, ayant obtenu de fortes majorités de 5000 à 7500 chaque fois. Le PQ a gagné ce «comté» à presque tous les scrutins depuis les années 80 — Guy Chevrette en a été le député pendant plus de 20 ans. Cependant, l’ancêtre de la CAQ, l’Action démocratique du Québec, y a fait des percées lors des partielles de 2002 et aux générales de 2007.


POUR VOUS ABONNER au Baromètre Élections 2018, c'est ici. Groupe Capitales Médias et Recherche Mainstreet vous y présentent tous les jours des sondages, des données exclusives, des analyses, et des tableaux pour suivre au quotidien l'évolution des intentions de vote en vue du scrutin du 1er octobre.