Le navire Carnival Glory avant sa mise en service au port de Cap Canaveral, en Floride, en juillet 2003.

Vérification faite: croisières polluantes à l'extrême?

L’AFFIRMATION: «Dans un article paru récemment dans Paris Match [«Tourisme : le raz de marée» ], on lit que les navires de croisière géants carburent au fioul lourd et que “durant l’escale, les moteurs restent allumés pour alimenter l’électricité [… et] émettrai[en]t 10 fois plus de pollution atmosphérique que toutes les voitures européennes réunies”. Vu le nombre croissant de navires de croisière faisant escale à Québec et le refus du directeur du Port de Québec, Mario Girard, d’installer des prises électriques afin de diminuer cette source de pollution atmosphérique, je me demandais si c’était vrai», demande Thérèse Latour, de Québec.

LES FAITS

L’article de Paris Match affirme que c’est la pollution générale (et pas seulement quand ils sont à quai) des navires de Carnival, le plus important croisiériste au monde, qui «émettrait à lui seul 10 fois plus de pollution atmosphérique que toutes les voitures européennes réunies». La source de cette affirmation n’est pas mentionnée, mais il s’agit manifestement d’un rapport de l’ONG écologiste européenne Transport & Environment publié en juin dernier.

Le document trace un portrait très sombre de la pollution des navires de croisière, mais Paris Match en gonfle quand même un peu le propos : il n’y est nulle part écrit que Carnival émettait 10 fois plus de «pollution atmosphérique» que tout le parc automobile européen, mais bien que le croisiériste rejette 10 fois plus d’oxydes de soufre (SOx). Il s’agit, évidemment, d’une forme de pollution de l’air, mais prendre les SOx comme indicateur et les gaz d’échappement des voitures comme point de comparaison est un brin trompeur dans ce cas-ci. Tant en Europe qu’en Amérique du Nord, les normes d’émissions d’oxydes de soufre pour les véhicules sont devenues beaucoup plus sévères depuis 20 ans — mais pas pour les bateaux.

Au Canada par exemple, jusqu’à la fin des années 1990, l’essence contenait autour de 320 parties par million (ppm) de soufre, et la limite légale était de 5000 ppm pour le diesel utilisé dans les voitures. Or de nos jours, ces carburants ne peuvent plus contenir plus de 15 ppm de soufre, et même 12 ppm dans le cas de l’essence à partir du 1er janvier prochain.

Or, les normes pour les navires de croisière n’ont pas évolué aussi rapidement, même si beaucoup de pays sont en train de les resserrer. En eaux internationales, le plafond actuel est de 35 000 ppm. En Europe pour l’année 2017 (sur laquelle portait le rapport de Transport & Environment), certains pays imposaient une norme de 1000 ppm aux croisiéristes, mais d’autres permettaient jusqu’à 15 000. Alors, il est évident que comparer les émissions de SOx des voitures et des navires noircit artificiellement le portrait : d’autres mesures de pollution de l’air, comme les particules en suspension, donneraient des résultats moins spectaculaires. Et il est donc exagéré de présenter les choses comme Paris Match l’a fait.

Cela dit, cependant, il est incontestable que les croisières sont une activité très polluante, toutes proportions gardées. Plusieurs études scientifiques l’ont prouvé, montrant par exemple que la pollution de l’air sur le pont de certains de ces navires atteint (lorsqu’ils sont à quai) des niveaux comparables à des mégalopoles de Chine. D’autres travaux ont démontré que la présence de ces villes flottantes a un effet notable sur la qualité de l’air dans des endroits comme Barcelone, Dubrovnik et Svalbard.

Il faut cependant ajouter ici que ces résultats ne sont pas forcément applicables au cas de Québec, puisque le Canada possède des normes plus sévères qu’ailleurs : 1000 ppm de soufre au maximum, et ce dans un rayon de 200 milles nautiques des côtes. Cela ne signifie pas que l’on ne peut pas en faire davantage — le rapport de Transport & Environment souligne justement que s’il est possible d’éliminer presque complètement le soufre des carburants pour voitures, ça l’est forcément aussi pour les navires de luxe. Cela n’indique pas non plus que le Port de Québec a fait tout ce qu’il pouvait ou devait faire pour réduire la pollution des croisiéristes. C’est au minimum une question légitime, comme l’avait démontré le collègue François Bourque dans une chronique de septembre. Mais cela sort du sujet de cette vérification-ci…

LE VERDICT

Inexact. Il est vrai que l’industrie des croisières est très polluante, mais le rapport d’où vient l’affirmation parlait de 10 fois plus d’oxydes de soufre que le parc européen de véhicules, pas 10 fois plus de «pollution atmosphérique» en général. En outre, ses résultats ne sont pas forcément transposables au cas du Canada, où les règles en vigueur sur le soufre dans les carburants ne sont pas les mêmes qu’en Europe.

+

DES INFOS À VÉRIFIER?

La déclaration d’un ministre vous paraît douteuse? Une information qui circule vous semble exagérée, non fondée? Écrivez à notre journaliste (jfcliche@lesoleil.com). La rubrique «Vérification faite» prendra le temps de fouiller les faits, en profondeur, afin de vous donner l’heure juste. Car nous non plus, on n’aime pas les fausses nouvelles.