«Les gens travaillent plus fort que jamais, mais peinent à joindre les deux bouts», a déclaré le chef conservateur Andrew Scheer, plus tôt cette semaine, alors qu’il annonçait des baisses d’impôts pour venir en aide à la classe moyenne.

Vérification faite: de mal en pis pour la classe moyenne?

L'affirmation: «J’aimerais dire que la vie est plus facile pour la classe moyenne canadienne, mais je ne le peux pas. Les gens travaillent plus fort que jamais, mais peinent à joindre les deux bouts», a déclaré le chef conservateur Andrew Scheer, plus tôt cette semaine, alors qu’il annonçait des baisses d’impôts pour venir en aide à la classe moyenne.

Les faits

Qu’il faille baisser les impôts ou non ne concerne pas de la vérification factuelle — cela relève en bonne partie des valeurs individuelles. Mais la question de savoir si la situation des classes moyennes se dégrade, si les gens triment de plus en plus pour, en bout de ligne, voir leurs finances stagner ou se détériorer, elle, se vérifie.

Le déclin de la classe moyenne est un phénomène assez bien documenté aux États-Unis, où les salaires n’ont pas suivi le coût de la vie. Mais c’est beaucoup moins clair en ce qui concerne le Canada et le Québec. En fait, selon des chiffres de Statistique Canada, même en tenant compte de l’inflation, le revenu médian est passé de 57 000 $ en 2000 à 67 000 $ en 2017 (en dollars constants de 2017). De la même manière, le taux de pauvreté qui oscillait entre 12 et 15 % dans les années 90, est passé à 10-12 % dans les années 2000, puis autour de 10 %.

Dans une étude parue en 2014, le Centre de recherche en fiscalité et finances publiques de l’Université de Sherbrooke n’a pas trouvé de raison de croire que la classe moyenne s’érodait au Québec ou au Canada. Cependant, les auteurs ont constaté que les transferts gouvernementaux et la fiscalité jouaient un rôle plus important qu’avant pour «protéger» la classe moyenne. Ainsi, si l’on ne regarde que les «revenus de marché avant impôts» (salaires et autres sources de revenus «privés», grosso modo), la proportion des ménages québécois qui faisaient partie de la classe moyenne est passée de 37 à 29 % entre 1976 et 2010. Mais si l’on tient compte des transferts (allocations familiales et autres) et de l’impôt, alors cette proportion s’est maintenue autour de 46 % depuis une quarantaine d’années, ont conclu les chercheurs.

On pourrait sans doute interpréter ce dernier point comme montrant que la classe moyenne québécoise ou canadienne est quand même «sous pression», jusqu’à un certain point. Ce ne serait pas farfelu, mais ce n’est pas un signal très fort non plus.

Or il y a tout de même quelques indicateurs qui suggèrent une «pression» plus forte qu’avant sur M. et Mme Tout-le-Monde. Les Canadiens ont beau avoir de meilleurs revenus (même en tenant compte de l’inflation), ils sont aussi plus endettés qu’avant — en bonne partie parce que le prix des logements a énormément augmenté depuis 20 ans.

En 1990, la dette des ménages canadiens représentait en moyenne 87 % de leurs revenus annuels. En 2005, c’était presque 130 %. Et en 2018, on en était à 175 %. Comme l’hypothèque représente une grande partie de ces dettes, la valeur de ce que les gens possèdent a elle aussi augmenté, si bien que le ratio actif-passif s’est maintenu autour de 17 % depuis 1990. Mais le fait que les dettes totales aient augmenté beaucoup plus vite que les revenus demeure significatif.

Le nombre de gens «insolvables» (qui font faillite ou qui proposent un règlement à leurs créanciers en vertu de la protection de la loi sur les faillites) raconte un peu la même histoire. Au plus fort de la crise économique de la fin des années 2000, on comptait près de 6 cas d’insolvabilité par 1000 consommateurs (en 2009). Ce taux est redescendu autour de 4,3 pour 1000 et s’y est maintenu pendant les années 2010, mais cela reste nettement plus que les 2 à 3 pour 1000 des années 1990.

On ne peut donc pas dire que l’affirmation de M. Scheer ne tient sur rien. Il y a bel et bien des indicateurs (pas tous, mais quand même) qui suggèrent une détérioration des finances des ménages canadiens.

Il y a cependant un point sur lequel les faits donnent clairement tort au chef conservateur : les gens ne travaillent pas plus qu’avant. Si l’on regarde le groupe des 25 à 54 ans (afin d’éviter que des phénomènes comme la retraite ou l’entrée plus ou moins tardive sur le marché du travail ne viennent fausser les moyennes), la semaine de travail moyenne de ceux qui ont un emploi à temps plein était de 41,1 heures en 2000, contre 40,2 heures en 2018.

Verdict

Pas tout à fait vrai. Les statistiques d’endettement suggèrent bien que les ménages canadiens ont plus de mal qu’avant à joindre les deux bouts. Mais d’autres indicateurs, et non les moindres (salaires et taux de bas revenu), semblent au contraire montrer que le sort de M. et Mme Tout-le-Monde s’est amélioré depuis une vingtaine d’années. Difficile d’en conclure que cela va de mal en pis quand on considère tout cela (même si tout n’est pas rose). Une chose est claire, cependant : on ne travaille pas plus qu’avant.

+

DES INFOS À VÉRIFIER?

La déclaration d’un ministre vous paraît douteuse? Une information qui circule vous semble exagérée, non fondée? Écrivez à notre journaliste (jfcliche@lesoleil.com). La rubrique «Vérification faite» prendra le temps de fouiller les faits, en profondeur, afin de vous donner l’heure juste. Car nous non plus, on n’aime pas les fausses nouvelles.