La tempête rend difficile les déplacements. Ce piéton a eu la bonne idée de mettre ses lunettes de ski pour affronter la tempête.
La tempête rend difficile les déplacements. Ce piéton a eu la bonne idée de mettre ses lunettes de ski pour affronter la tempête.

Une vraie tempête frappe Québec [PHOTOS]

Cette fois, ce n’était pas une fausse alerte. Plus de 15 cm de neige, fortes rafales, pannes d’électricité, routes fermées… On a bien eu la tempête qui était annoncée à Québec.

En ce qui concerne les accidents, la Sûreté du Québec (SQ) juge toutefois que la situation était «pire» samedi dans la région, le verglas reçu à Québec avait causé plusieurs dizaines de sorties de route, plus de 30, avancent même les porte-parole. 

D’autres accidents mineurs se sont ajoutés à la liste pendant la nuit de samedi et toute la journée dimanche. Toutefois, aucun cas grave n’a été déclaré, les blessés demeurent mineurs, ce sont davantage les voitures qui ont subi les dommages.

À LIRE AUSSI: Une nuit au motel gratuite pour éviter la tempête

Si les interventions de la SQ étaient moins nombreuses dimanche, le ministère des Transports, lui, était très occupé. Plusieurs routes ont été fermées à la circulation et plusieurs endroits étaient à éviter, notamment en raison de la visibilité quasi nulle. La chaussée se retrouvait enneigée à plusieurs endroits. Plusieurs secteurs de la région ont reçu jusqu’à 25 cm de neige. 

Dans Chaudière-Appalaches, la circulation a dû être interrompue sur l’autoroute 20 entre Lévis et Montmagny, ainsi que sur la route 132 (à partir de la route Lallemand), la route 281 (de Saint-Michel à Saint-Raphaël) et la route 218 (de Saint-Henri à Saint-Charles-de-Bellechasse).

Pour la Capitale-Nationale, ce sont la route de Fossambault, le boulevard Champlain et le boulevard Sainte-Anne qui représentaient un danger, selon le Service de police de la Ville de Québec (SPVQ). Près du fleuve, les vents soufflaient fort et amenaient avec eux de la poudrerie.

Les agents suggéraient simplement de rester à la maison si les déplacements n’étaient pas essentiels. Une portion de l’autoroute Dufferin-Montmorency était aussi fermée pendant une bonne partie de la journée. 

La route 138 entre Beaupré et Baie-Sainte-Catherine était interdite aux poids lourds, de même que la route 381 entre Saint-Urbain et Ferland-et-Boilleau. Lorsque cette consigne est en vigueur, les conditions routières sont particulièrement difficiles. 

Les rafales ont atteint une vitesse de 90 km/h. La circulation sur le pont de l’Île-d’Orléans s’est d’ailleurs réalisée par convoi toute la journée. 

Plusieurs vols se sont vus retardés et les traversiers ont été ralentis, notamment à Tadoussac où les départs se faisaient toutes les 40 minutes. Dans Charlevoix, le service de traversier qui amène les citoyens vers L’Isle-aux-Coudres a été interrompu, de même que celui entre Rivière-du-Loup et Saint-Siméon

Ce petit chien n'a pas l'air d'aimer la neige.

Pannes de courant

Le SPVQ a noté aussi plusieurs feux de circulation en panne dans certains secteurs. Il devient primordial pour les automobilistes de s’immobiliser à ces intersections. Ces problèmes ont entraîné quelques accidents en ville.

D’ailleurs, dans la Capitale-Nationale, plus de 6300 clients étaient privés d’électricité dimanche matin vers 9h, principalement dans les secteurs de Charlesbourg et Québec-Est. 

Pour Chaudière-Appalaches, on parle de plus de 2700 clients plongés dans le noir en matinée, et le compte était monté à plus de 5000 en après-midi, principalement à Lévis et dans Bellechasse. La majorité a retrouvé le courant au cours de la journée.

C’est la région de la Montérégie qui a été la plus touchée par les pannes d’électricité, quelque 117 000 clients se sont retrouvés dans le noir à un moment. Partout au Québec, près de 139 000 abonnés ont été touchés. 

Hydro-Québec assure que toutes les équipes nécessaires ont été mobilisées pour rétablir le courant le plus rapidement possible dans chaque région. En début de soirée dimanche, encore quelque 20 000 foyers du Québec étaient plongés dans le noir, principalement en Montérégie.

Rivière Chaudière

Les citoyens de Beauceville ont eu, une fois de plus, une bonne frousse. En raison d’un «important mouvement de glace» du côté de Notre-Dame-des-Pins, la municipalité a invité ses citoyens à faire preuve de vigilance. Il était conseillé de consulter le site de surveillance de la rivière Chaudière régulièrement. 

«Par mesure préventive, nous invitons les gens demeurant près de la rivière Chaudière à se préparer à toute éventualité […] Il vous est suggéré de prendre vos effets personnels qui sont dans votre sous-sol et de les déménager au premier étage de votre résidence par mesure préventive», indiquait-on, de quoi rappeler de mauvais souvenirs.

Les glaces détachées de la municipalité voisine pouvaient entraîner une augmentation du niveau de l’eau, les services d’urgence craignaient le pire. La situation semblait toutefois sous contrôle en début de soirée.

Beauceville a connu des inondations majeures au printemps dernier, puis les mesures d’urgence avaient de nouveau été déployées en novembre de la même année, en raison de pluies torrentielles. Les Beaucerons en ont déjà vu de toutes les couleurs en 2019.