Pour rester motivée, l'équipe du bar Le Sacrilège décide d’aller de l’avant, et même de devancer l’échéancier: les plans de sa nouvelle terrasse quatre saisons sont prêts.
Pour rester motivée, l'équipe du bar Le Sacrilège décide d’aller de l’avant, et même de devancer l’échéancier: les plans de sa nouvelle terrasse quatre saisons sont prêts.

Une terrasse quatre saisons pour le bar Le Sacrilège

L’équipe du bar Le Sacrilège aurait pu laisser tomber ses projets d’expansion étant donné la crise, le commerce ne connaît même pas la date de réouverture. Pour rester motivée, elle décide d’aller de l’avant, et même de devancer l’échéancier: les plans de sa nouvelle terrasse quatre saisons sont prêts.

«C’est un projet qu’on avait en suspens. Avec la COVID-19, on va manquer la belle saison... On pensait faire une terrasse 12 mois par année pour se reprendre, c’est un bon compromis», indique le propriétaire du bar de la rue Saint-Jean, Mathieu Villeneuve.

Pendant l’été, Le Sacrilège a l’habitude de faire trois fois plus de profits. «On ne fera pas ça avec la terrasse... Mais on va faire plus. C’est surtout un coup de motivation, pour être prêt quand on va recommencer. On va avoir besoin de ça pour se relever.»

Pendant le confinement, alors que les revenus ne viennent pas, mais que le loyer doit être payé, Mathieu Villeneuve a envoyé le «go» aux architectes de Boon Architecture, et ils ont fait les plans. L’équipe du bar a décidé de partager la nouvelle sur ses réseaux sociaux, question de donner envie aux clients de venir lorsque les portes du bar seront ouvertes.

«Je ne connais pas les détails techniques, mais ce sera un dôme de bois qu’on installe au mois d’octobre. C’est montable et démontable. On va pouvoir y accéder par la verrière et les barmaids vont pouvoir voir la terrasse du bar», explique le propriétaire.

Ce dôme devrait être prêt pour le mois d’octobre, si tout se passe bien. C’était un petit rêve de Mathieu, de voir le projet prendre finalement forme, ça fait du bien pendant la crise. 

«Ça nous permet de voir la page après COVID-19. On ne sait pas trop quand on va ouvrir, c’est ce qui est inquiétant. Pour un bar, ce sont des événements tous les soirs. Si les événements sont techniquement annulés tout l’été... On ne sait pas. Je me suis mis dans la tête que ça allait prendre six mois avant un retour à la normale. Il faut voir à long terme, on a pas le choix.»

La terrasse représente assurément des coûts, Mathieu avait justement mis de l’argent de côté pour le projet. Pas question d’utiliser le montant pour autre chose ou de mettre une croix sur le projet.

«On va prendre tous les moyens qu’il faut pour assumer les frais. On est quand même bien implanté sur la rue Saint-Jean, j’ai le quartier tatoué sur le cœur, je veux faire des affaires trippantes. Je ne fermerai pas un commerce à cause de ça [la pandémie]», exprime le propriétaire, qui possède aussi les succursales de Bol et Poké et Pow Ramen, entre autres.