Il y a avait foule au Stade Canac vendredi soir pour la présentation du film sur la vie de Roberto «Bob» Bissonnette, plus de 6000 personnes sont venues rire, chanter et pleurer.

Une soirée à la Bob Bissonnette

Il y avait foule au Stade Canac vendredi soir pour la présentation du film sur la vie de Roberto «Bob» Bissonnette. Plus de 6000 personnes sont venues rire, chanter et pleurer.

Bob Bissonnette : Rockstar. Pis pas à peu près. était diffusé pour la première fois devant public à la place d’Youville vendredi soir. Plus de 1000 personnes étaient présentes. Devant la popularité de l’événement, l’équipe derrière le long-métrage avait organisé une autre diffusion au Stade Canac, les billets offerts au coût de 10 $ se sont vendus dans le temps de le dire. La file pour entrer au stade était déjà très longue vers 18h. 

Famille, amis de loin ou de proche et les «fans crinqués» du chanteur et ancien hockeyeur se sont donc rassemblés pour une soirée spéciale en son honneur. Bob Bissonnette a perdu la vie dans un tragique accident d’hélicoptère au Nouveau-Brunswick en 2016. Il avait 35 ans. 

«C’est unique comme sentiment. On est 6000 à se retrouver pour chanter du karaoké, à écouter un film dehors. C’est Bob Bissonnette, c’est la même énergie. Merci d’être ici ce soir. Bob me disait : “Pat, les gens qui viennent voir mes shows, c’est pas des fans, c’est des crinqués”. Il était fier de ça. Vous faisiez partie de son équipe. On le voit encore, vous êtes malades», a exprimé le frère du chanteur, Patrick Bissonnette, avant le début du documentaire de Bruno Lachance.

C'est dans une ambiance festive que des milliers de fans de Bob Bissonnette lui ont rendu hommage.

Toutes les émotions

Bob Bissonnette était coactionnaire des Capitales de Québec, de sorte que le Stade Canac se voulait idéal pour accueillir une telle soirée. Le président des Capitales, Michel Laplante, a évidemment sauté immédiatement dans le projet lorsqu’il a été approché, il y a seulement quelques semaines, pour cette projection spéciale. 

«C’est pas étonnant la réussite, mais en même temps ça l’est. À la vitesse avec laquelle tout ça s’est fait, ça vient chercher toutes sortes d’émotions. On veut le faire à la hauteur de Bob, et je pense qu’il serait content. Les gens ont le goût d’avoir du fun, comme lui avait le goût d’avoir du fun», a-t-il indiqué pendant la soirée. 

M. Laplante avait déjà eu la chance de voir le film en primeur, lorsque le réalisateur Bruno Lachance l’a présenté à la famille de Bissonnette.

«Bruno a frappé dans le mille. De ce que je voyais de Bob, il est tombé dessus. En même temps, j’ai l’impression que je connais un dixième de Bob, que toutes les fois qu’il ne répondait pas, c’est parce qu’il était dans le moment présent avec d’autres gens. Et ça, c’est une grosse leçon de vie. Spécialement où on est à l’ère des réseaux sociaux, c’est difficile de garder la fidélité du moment présent. On réalise que c’est ce qu’il a fait de plus fort, c’est ce que je retiens. Chacun garde le souvenir qu’il veut bien, mais moi c’est celui-là», ajoute Michel Laplante. 

Le vieil ami de la rock star, le gérant des Capitales de Québec Patrick Scalabrini, allait découvrir le film en même temps que tout le monde, en gang. Il s’attendait déjà à vivre toutes les émotions possibles.

«C’est tripant de voir tout ce monde-là qui vient célébrer sa vie ensemble. Vivre des moments tristes, émotifs, drôles. La plupart d’entre nous, on est encore en train de faire ce deuil-là, on a tous l’impression que ça vient d’arriver. Les plaies ne sont pas toutes fermées. Ça va nous rappeler plein de merveilleux souvenirs de Bob.»

La maman de Bissonnette, Lisette Lemelin, avoue avoir été quelque peu sceptique par rapport à la tenue de ce deuxième événement de diffusion. Mais voyant l’intérêt des gens de Québec, elle a vite été rassurée.

«Ça nous montre à quel point les gens l’aimaient. Ça fait un baume. On avait vu des extraits du film plusieurs fois, mais le voir tout d’un bloque, ça a brassé. Bruno a fait un excellent travail, ce qui est dans le film, c’est Roberto. Des fois on en rajoute, on fabule sur certaines choses, mais là c’est vraiment lui. Je pense que les gens vont être contents.» 

Michel Laplante, président des Capitales de Québec

Sur grand écran à Montréal

Déjà 50 salles de cinéma partout au Québec auraient ajouté le film sur Bissonnette à leur programmation. En prenant le micro avant la diffusion, Bruno Lachance a même appris à la foule qu’un cinéma de Montréal allait jouer son long-métrage.

Il a ensuite raconté que l’un des rêves de Bissonnette était de percer à Montréal. Il en parlait beaucoup avant son départ. Le voilà réalisé. 

«Il est allé chercher ses fans un par un. Sans maison de disque, sans contrat. Il a réussi à avoir le meilleur public au monde, les fans les plus fidèles, les fans les plus crinqués.»

Le maire Labeaume en compagnie des parents de Bob Bissonnette, Lisette Lemelin et Grégoire Bissonnette.