Un homme se recueille devant les fleurs déposées pour les victimes de l'attentat de la mosquée de Sainte-Foy.

Une prière vendredi au Centre des congrès

Une prière funéraire sera tenue à la mémoire des six victimes de la fusillade à la Grande Mosquée, vendredi vers 13h, au Centre des congrès de Québec.
La prière funéraire musulmane (salat Aljanaza) de vendredi fera suite à la prière quotidienne de 12h30 à la mosquée de Sainte-Foy. Les corps de Mamadou Tanou Barry, Ibrahima Barry et Azzeddine Soufiane, trois pères de famille qui ont péri sous les balles, dimanche, seront exposés.
Les portes de la salle de prière du Centre des congrès seront cependant ouvertes à partir de 11h, a annoncé mercredi le Centre culturel islamique de Québec, alors qu'une foule importante est attendue. 
Selon le maire de Québec, Régis Labeaume, il a fallu magasiner un peu pour accommoder les familles endeuillées, leurs proches et tous les citoyens intéressés à participer aux funérailles communes. Les deux premiers endroits ciblés n'étant pas disponibles, c'est finalement le Centre des congrès qui ouvrira ses portes. «C'est un lieu qui doit contenir plusieurs milliers de personnes parce qu'ils attendent beaucoup de visiteurs, entre autres de Montréal», a fait valoir M. Labeaume.
Cérémonie à Montréal jeudi
Si elle se veut à la mémoire des six victimes, la cérémonie de vendredi, à Québec, fera tout de même suite à une première prière funéraire, jeudi, à Montréal, tenue en la mémoire de Khaled Belkacemi, Aboubaker Thabti et Abdelkrim Hassane. Le premier ministre Philippe Couillard a confirmé sa présence à la cérémonie tenue à l'aréna Maurice-Richard. C'est pour des raisons logistiques qu'une commémoration funèbre sera tenue dans la métropole. Les dépouilles des trois victimes se trouvent déjà à Montréal, et elles seront transportées dans leur pays d'origine pour y être enterrées après la cérémonie.
Le diocèse anglican de Québec tiendra également une célébration de vêpres musicales en mémoire des victimes, dimanche, à 17h, à la cathédrale Holy Trinity.  Avec Annie Morin et La Presse canadienne