De manière relativement soudaine, une section du viaduc Labelle a cédé sous la force de l’une des pelles mécaniques, entraînant son conducteur avec elle.

Une portion d'un viaduc s'effondre sur l'autoroute Félix-Leclerc

Une section du viaduc Labelle s’est effondrée samedi en fin d’avant-midi, sur l’autoroute Félix-Leclerc à Québec. Sur place, un opérateur de grues et pelles mécaniques a été légèrement blessé et transporté à l'hôpital pour évaluation.

Une compagnie privée d’excavation s’affairait depuis ce matin à démolir l’infrastructure. Le chantier a été arrêté après l'incident. 

C’est l'une des sections du viaduc qui aurait cédé sous le poids de l’une des pelles mécaniques. 

L'excavatrice aurait alors glissé sous le viaduc sur plusieurs mètres, avec son conducteur toujours aux commandes. Celui-ci n'a pas été blessé gravement, mais a été ébranlé par les événements. 

«La pelle mécanique était dans une position précaire, à proximité d'une autre structure vers le fleuve», a mentionné le porte-parole du Ministère des transports du Québec (MTQ), Guillaume Paradis. 

Une équipe d'intervention a donc procédé en fin d'après-midi à une opération de stabilisation à l'aide d'une grue.

Des vérifications d'usage ont ensuite été réalisées. Le ministère a préféré fermé les voies à la circulation par précaution, a expliqué Guillaume Paradis.

Les pompiers de Québec, le service d'ambulanciers et la sécurité civile ont aussi été déployés sur les lieux. 

Une porte-parole de la Sûreté du Québec, Christine Coulombe, a indiqué au Soleil que cette portion de l’autoroute 40, où la circulation était déjà restreinte pendant les travaux, a dû être fermée totalement à la circulation en début d'après-midi à la hauteur de Dufferin, en direction ouest. Les automobilistes pouvaient toujours circuler vers l'est toutefois. 

En pleine refonte

Depuis deux semaines, des travaux importants de refonte des ponts d’étagement ont commencé un peu partout dans la province. Ils devraient occuper toute la saison estivale, et la prochaine. «Des travaux étaient déjà entamés sur le viaduc en question au moment des faits», a précisé la porte-parole de la division des communications en sécurité publique, Cindy Paré.

La Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) s'est déplacée sur les lieux. Une enquête tentera de comprendre les causes et les origines de l’incident. 

La Commission de la santé et de la sécurité du travail (CSST) était aussi sur place. «On va suivre leurs recommandations, mais c’est à eux de voir pour la suite des choses. On sera prêts à recommencer le travail dès qu'on aura les autorisations requises», a conclu le porte-parole du MTQ. 

Localisation