Les policiers ont d’abord fermé l’aire d’accueil et la cour municipale avant d’évacuer toute la centrale du parc Victoria à l’exception de la détention. Un périmètre de sécurité a également été mis en place autour de la centrale.

Une personne incommodée par de la «poudre blanche» à la centrale du parc Victoria

Une employée civile de la centrale de police du parc Victoria a subi des brûlures mineures à la peau après avoir été en contact avec de la «poudre blanche» jeudi en fin d’après-midi à la centrale de police du parc Victoria.

La poudre en question se trouvait sur une table dans l’aire d’accueil de la centrale de police située sur la rue de la Maréchaussée.

«On ne sait pas si c’est la substance en question qui l’a incommodée ou si c’est un autre problème de santé», a déclaré au Soleil l’agent Étienne Doyon, porte-parole de la police de Québec.

Malgré tout, les policiers n’ont pas voulu courir de risque et ont d’abord fermé l’aire d’accueil et la cour municipale avant d’évacuer toute la centrale à l’exception de la détention. Un périmètre de sécurité a également été mis en place autour de la centrale.

L’employée incommodée a d’abord été décontaminée par l’unité des matières dangereuses du service de protection contre les incendies de Québec avant d’être transportée vers un centre hospitalier pour y traiter des blessures mineures aux membres supérieurs.

Quant à la substance blanche poudreuse, elle a été remise à la Sûreté du Québec qui se chargera de la faire analyser.

Les caméras de la centrale de police avaient aussi capté l’image d’une autre personne ayant été en contact avec l’employée civile et la substance, soit un citoyen qui s’était rendu à la centrale. 

Les policiers lui ont demandé de revenir sur place pour le rencontrer, ce qu’il a fait. «Une fois arrivé sur place dans sa voiture, il a été immédiatement contrôlé par les policiers parce qu’il avait été en contact avec la dame. Il est présentement rencontré par les policiers et n’est pas considéré comme un suspect, mais bien comme un témoin», explique Étienne Doyon.