C’est le député péquiste de Bonaventure, Sylvain Roy, qui a publié une capture d’écran des détails de l’emploi sur ses comptes Facebook et Twitter. Sa publication a été partagée des centaines de fois.

Une offre d’emploi à caractère sexiste dénoncée par Sylvain Roy

La description d’une offre d’emploi de l’entreprise Unipêche M.D.M. de Paspébiac a fait réagir beaucoup de gens sur les réseaux sociaux samedi. Le salaire proposé se voulait clair et précis : 12,69 $/h pour les femmes, mais 13,28 $/h pour les hommes.

C’est le député péquiste de Bonaventure, Sylvain Roy, qui a publié une capture d’écran des détails de l’emploi sur ses comptes Facebook et Twitter. Sa publication a été partagée des centaines de fois.

«Voici une offre d’emploi discriminatoire où l’on indique la différence salariale entre les hommes et les femmes. Effronté et Inacceptable! Nous demandons des explications. La CNESST (Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail) doit se pencher sur ce dossier!» a-t-il écrit. 

Rejoint par Le Soleil, M. Roy a fait part de son implication active dans le dossier des conditions de travail des gens de l’industrie de la pêche.

«Je demande à ce qu’il y ait une enquête pour faire la lumière là-dessus. Le système des pêches est très particulier. J’ai récemment demandé au ministre de l’Agriculture de réfléchir à une modernisation du secteur des pêches avec un partage de la richesse équitable parce qu’on a des millionnaires qui sont en train de prendre le contrôle de la transformation et de la pêche au détriment des conditions de travail des gens en usines. Là on voit que cette chose-là apparaît, c’est comme l’insulte à l’injure. C’est intolérable aujourd’hui en 2019 et j’ose espérer que le ministère va prendre ses responsabilités», a-t-il exprimé.

Cette annonce d'emploi a été qualifié de sexiste.

Ce ne serait pas la première fois que l’entreprise Unipêche soit impliquée dans une situation discutable.

«C’était une fermeture d’usine à Grande-Rivière. Certaines hypothèses avancent que c’est un lock-out lié à une syndicalisation. Et là, on voit une offre d’emploi apparaître où il y a une discrimination sexiste entre les hommes et les femmes, c’est tout à fait inacceptable de leur part», a ajouté M. Roy, qui a l’entreprise à l’œil depuis un moment.

L’offre d’emploi était partagée sur le site du 94.9 CIEU FM, la radio de la Baie-des-Chaleurs. Quelques heures après la dénonciation de la situation par M. Roy, l’offre avait été modifiée sur le site. On peut maintenant y lire «Salaire concurrentiel». Le député de Bonaventure précise que le site du CIEU FM n’a rien à voir dans la situation, il n’est que l’afficheur. 

Le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale et député de Trois-Rivières, Jean Boulet, a rapidement répondu à M. Roy sur Twitter samedi.

«Je fais les vérifications nécessaires auprès de la CNESST. Je le répète : pour un travail égal ou équivalent, c’est un salaire égal», a-t-il partagé sur son compte. 

Il a été impossible de joindre par téléphone le directeur de production de l’entreprise de pêche de Paspébiac samedi.

Ce ne serait pas la première fois que l’entreprise Unipêche soit impliquée dans une situation discutable.