Une pelle amphibie sur la rivière des Mille-Iles

Une grenouille fait la vie dure aux glaces à Lévis

La Ville de Lévis effectue depuis lundi des travaux préventifs sur le couvert de glace de la rivière Beaurivage à l’aide d’une pelle amphibie, appelée «la grenouille», pour diminuer les risques d’inondations.

C’est la seconde année consécutive que Lévis fait appel à cet équipement pour casser le couvert de glace sur cinq kilomètres en aval et en amont du pont de la route 171 à Saint-Étienne-de-Lauzon. Les travaux devraient durer 24 heures.

«C’est plus efficace que les opérations de carottage et de sciage de la glace que nous faisions auparavant. En fragilisant la glace de cette manière, elle se décompose plus facilement lors de la crue», explique le directeur adjoint du service des incendies, Richard Amnotte.

«Atténuer les risques»

Il est impossible d’éliminer tout risque d’inondation, prévient-il. Du moins, l’intervention de la pelle amphibie permet «d’atténuer les risques potentiels».

N’en déplaise à ceux qui rêvent d’un printemps chaud, les températures relativement froides pour cette période de l’année aident l’écoulement des eaux de façon sécuritaire. «Quand les températures sont sous les 10 °C le jour et que les nuits sont fraîches, la fonte se passe bien», précise le directeur adjoint.

«Actuellement, on est à peine à 20 mètres cubes d’eau par seconde alors qu’on pourrait atteindre 50 à 60 m3/sec. Historiquement, c’est pendant les troisième et quatrième semaines d’avril qu’on a des débits importants», conclut-il.