L’intervention menée dimanche devant le CHUL par la police de Québec était à «haut risque», puisque le suspect transportait une arme. Au moins cinq voitures de police ont été déployées. Il s’est finalement rendu sans opposition.

Une crise de jalousie qui aurait pu mal tourner

C’est la vigilance de son ex-conjointe qui a mené à l’arrestation d’un Beauceron de 31 ans qui transportait une arme, dimanche, sur le boulevard Laurier.

Selon les informations obtenues par Le Soleil, c’est elle qui a alerté le 9-1-1 lorsque le père de ses enfants a quitté le domicile familial après une crise de jalousie dans la matinée.

Le Beauceron, qui ne digérait pas la récente séparation du couple, se serait mis en colère contre un autre homme. Au téléphone, il aurait menacé de mort ce dernier et aurait forcé son ex à écouter la conversation.

Puis, il serait parti de la Beauce pour aller régler ses comptes avec celui qu’il soupçonnait d’entretenir une liaison avec son ex. Dans le coffre de son véhicule, il transportait une arme.

Son ex-conjointe a alors appelé le 9-1-1, craignant à la fois pour la sécurité d’autres personnes et celle du père de ses enfants.

Le Service de police de la Ville de Québec (SPVQ) a été informé que le suspect avait tenu des propos menaçants, qu’il se dirigeait vers la capitale et roulait dans un Jeep Wrangler noir.

Déploiement stratégique

«Il y a eu un déploiement policier stratégique. Étant donné que le suspect arrivait de la Beauce, il y a des véhicules de police qui se sont mis en surveillance. Finalement, le véhicule a été localisé sur le boulevard Laurier et intercepté face au CHUL», indique Étienne Doyon, porte-parole du SPVQ.

L’intervention était à «haut risque», puisque le suspect transportait une arme. Au moins cinq voitures de police ont été déployées. Le trentenaire s’est finalement rendu sans opposition.

Selon nos informations, le suspect ne s’est jamais rendu jusqu’à l’homme qu’il aurait menacé de mort.

Détenu depuis dimanche, le Beauceron de 31 ans a comparu lundi pour faire face à une accusation de menaces de causer la mort ou des lésions corporelles.

Il a aussi été accusé de voies de fait contre la mère de ses enfants.

De plus, le trentenaire a été accusé d’avoir transporté une arme à feu d’une manière négligente ou sans prendre suffisamment de précautions pour la sécurité d’autrui.

La Couronne s’est opposée pour l’instant à ce qu’il sorte de prison. Il lui est interdit de communiquer directement ou indirectement avec les plaignants.