L’Académie royale des sciences de Suède a dévoilé l’identité des lauréats du prix Nobel de physique mardi, à Stockholm. Roger Penrose, Reinhard Genzel et Andrea Ghez ont été honorés pour leurs travaux sur les trous noirs.
L’Académie royale des sciences de Suède a dévoilé l’identité des lauréats du prix Nobel de physique mardi, à Stockholm. Roger Penrose, Reinhard Genzel et Andrea Ghez ont été honorés pour leurs travaux sur les trous noirs.

Un trio d’experts des «trous noirs» reçoit le Nobel de physique 

Helene Dauschy
Agence France-Presse
STOCKHOLM - Le Nobel de Physique a sacré mardi le Britannique Roger Penrose, l’Allemand Reinhard Genzel et l’Américaine Andrea Ghez, trois pionniers de la recherche sur les «trous noirs», des régions de l’Univers d’où rien ne peut s’échapper, pas même la lumière.

Penrose a remporté le célèbre prix pour avoir découvert «que la formation d’un trou noir est une prédiction solide de la théorie de la relativité générale», tandis que Genzel et Ghez ont été récompensés pour «la découverte d’un objet compact supermassif dans le centre de notre galaxie», des millions de fois plus gros que notre Soleil, a expliqué le jury Nobel en annonçant le prix à Stockholm.

Le lauréat britannique reçoit la moitié du prix doté d’environ un million d’euros (1,56 million de dollars canadiens), tandis que les deux autres se partagent la seconde moitié, a précisé l’Académie royale des sciences à Stockholm.

Andrea Ghez a dit «prendre très au sérieux» de devenir la quatrième femme à remporter un prix Nobel de Physique, le plus masculin des six prix.

Le trou noir, «on ne sait pas ce qu’il contient, on n’en a aucune idée, c’est pourquoi c’est aussi exotique, ça fait partie de l’intrigue, ça pousse les limites de notre compréhension», s’est elle enthousiasmée, jointe par téléphone par la Fondation Nobel.

Penrose, 89 ans, a utilisé la modélisation mathématique pour prouver dès 1965 que les trous noirs peuvent se former, devenant ainsi une entité à laquelle rien, pas même la lumière, ne peut échapper. Ses calculs ont prouvé que les trous noirs sont une conséquence directe de la théorie de la relativité générale d’Einstein.

Depuis le début des années 1990, ces colauréats Reinhard Genzel, 68 ans, et Andrea Ghez, 55 ans, ont eux mené des recherches sur une zone appelée Sagittaire AEmLeader au centre de la Voie lactée.

En utilisant les plus grands télescopes du monde, ils ont découvert un objet extrêmement lourd et invisible - environ 4 millions de fois plus grand que la masse de notre Soleil - qui tire sur les étoiles environnantes, donnant à notre galaxie son tourbillon caractéristique.

Les trous noirs supermassifs sont une énigme de l’astrophysique, notamment sur la façon dont ils deviennent aussi gros. Leur formation est au coeur des recherches en astrophysique moderne. Les scientifiques pensent qu’ils dévorent, à une vitesse folle, tous les gaz émis par des galaxies très denses qui les entourent.

Première image d’un trou noir en 2019

Comme ils sont invisibles, on ne peut les voir que par contraste, en observant les phénomènes qu’ils suscitent dans leur proche environnement. Une première image révolutionnaire avait été révélée au monde en avril 2019.

L’astrophysique et la physique quantique centrée sur l’infiniment petit, étaient considérées comme favorites par les experts pour ce Nobel 2020.

En 2019, le prix de physique avait déjà distingué trois cosmologues, le Canado-Américain James Peebles, qui a mis ses pas dans ceux d’Albert Einstein pour éclairer les origines de l’univers, et les Suisses Michel Mayor et Didier Queloz qui, les premiers, ont révélé l’existence d’une planète en dehors du système solaire.

Si les prix Nobel vont bien être annoncés comme prévu cette semaine, le coronavirus a entraîné l’annulation de la cérémonie physique de remise des prix, le 10 décembre à Stockholm.

Lundi, le prix de médecine a confirmé l’écrasante domination des Américains dans le palmarès des Nobel scientifiques en primant Harvey Alter et Charles Rice, aux côtés du Britannique Michael Houghton, pour leur rôle dans la découverte du virus responsable de l’hépatite C.

Suivra mercredi la chimie, où une découverte biomédicale majeure pourrait être récompensée: les «ciseaux Crispr», permettant de couper un gène précis, mis au point par la Française Emmanuelle Charpentier et l’Américaine Jennifer Doudna. Un autre pionnier du séquençage des gènes, l’Américain Leroy Hood, pourrait être consacré, selon la radio suédoise SR.

Autres nobélisables: les nanocristaux, de même que les travaux des Américains Harry Gray, Richard Holm et Stephen Lippard sur le rôle des ions métalliques en biologie.

Le prix de littérature, évènement le plus attendu du grand public avec la paix le vendredi à Oslo, sera lui annoncé jeudi par l’Académie suédoise.

Seule récompense non prévue par le fameux testament de l’inventeur suédois, le prix d’économie «à la mémoire d’Alfred Nobel», créé en 1968, clôturera la saison lundi prochain.

LAURÉATS DES 10 DERNIÈRES ANNÉES

Voici la liste des lauréats des dix dernières éditions du prix Nobel de physique après que le prix 2020 a été attribué mardi par le comité Nobel de l’Académie royale des sciences de Suède.

2020: Roger Penrose (Royaume-Uni), Reinhard Genzel (Allemagne) et Andrea Ghez (États-Unis) pour leurs découvertes sur les «trous noirs» et les secrets de notre galaxie.

2019: James Peebles (États-Unis/Canada), Michel Mayor (Suisse) et Didier Queloz (Suisse) pour leurs travaux sur le cosmos et la première découverte d’une exo-planète.

2018 : Arthur Ashkin (États-Unis), Gérard Mourou (France) et Donna Strickland (Canada), pour leurs recherches sur les lasers qui ont permis de mettre au point des outils de haute précision utilisés dans l’industrie et la médecine.

2017 : Rainer Weiss, Barry Barish et Kip Thorne (États-Unis), pour l’observation des ondes gravitationnelles qui confirme une prédiction d’Albert Einstein dans sa théorie de la relativité générale.

2016 : David Thouless, Duncan Haldane et Michael Kosterlitz (Grande-Bretagne) sur les isolants topologiques, des matériaux «exotiques» qui permettraient dans un avenir plus ou moins proche de créer des ordinateurs surpuissants.

2015 : Takaaki Kajita (Japon) et Arthur McDonald (Canada) pour avoir établi que les neutrinos, des particules élémentaires, avaient une masse.

2014 : Isamu Akasaki et Hiroshi Amano (Japon) et Shuji Nakamura (USA), inventeurs de la diode électroluminescente (LED).

2013 : François Englert (Belgique) et Peter Higgs (Grande-Bretagne) pour leurs travaux sur le boson de Higgs, une particule élémentaire.

2012 : Serge Haroche (France) et David Wineland (États-Unis) pour leurs recherches en optique quantique qui permettent la création d’ordinateurs surpuissants et d’horloges d’une précision extrême.

2011 : Saul Perlmutter et Adam Riess (États-Unis), Brian Schmidt (Australie/États-Unis) pour avoir découvert que l’expansion de l’univers était en accélération et qu’il se terminera dans la glace.