Le plus récent placard promotionnel annonce toujours des «maisons de ville» pour l’été 2020, peut-être l’automne. Une nouvelle construction signée Groupe Humaco.
Le plus récent placard promotionnel annonce toujours des «maisons de ville» pour l’été 2020, peut-être l’automne. Une nouvelle construction signée Groupe Humaco.

Un projet de maison de ville viendra «remplir» un terrain vacant dans Saint-Sauveur

Baptiste Ricard-Châtelain
Baptiste Ricard-Châtelain
Le Soleil
Un terrain à l’abandon depuis plusieurs années au pied de la falaise, au bas de la côte de l’Aqueduc dans Saint-Sauveur, servira finalement d’assise à une copropriété de 9 «maisons de ville» et deux appartements.

Au fil des ans, les nombreux automobilistes et piétons grimpant la côte menant tout droit au quartier Montcalm ont peut-être aperçu les pancartes promotionnelles promettant des logis neufs. Un affichage périmé qui a déjà été recouvert par des artistes urbains voulant sans doute colorer le paysage de barrières métalliques chambranlantes protégeant un trou sablonneux.

Voilà un peu moins d’une décennie que des développeurs songent à transformer le grand lot situé au confluent des rues de l’Aqueduc, Franklin et Châteauguay. Celui qui avait mis la main sur l’ancien garage du coin et l’immeuble résidentiel voisin a tout démoli en 2013. Dès décembre de cette année-là, un projet de copropriétés était promu.

Cet homme d’affaires beauceron a cependant eu quelques pépins parce qu’il avait rasé et décontaminé le site sans autorisation préalable. Cela lui avait valu un avis d’infraction, rappellent d’anciens documents officiels remis aux élus de la capitale. 

Il faut croire qu’il était pressé de faire le ménage. Le lot était souillé par divers produit pétrolier, car, depuis au moins les années 1960, une station-service Shell y trônait, tel qu’on peut le voir dans les archives photographiques de la Ville de Québec. Plus récemment, un atelier de mécanique, sans pompes à essence, occupait une partie du terrain.

Le promoteur de l’époque a également bataillé afin de convaincre la mairie de Québec de modifier le zonage. Il désirait construire plus haut que permis, sur quatre étages, avec un stationnement souterrain. Dans un premier temps, cela lui avait été refusé. Mais la Ville avait finalement acquiescé, rêvant d’y voir germer un complexe de 21 logements.

«Livraison juin 2014», clamait alors une publicité bien en vue, croquis du bâtiment à naître à l’appui. Une affiche qui a tenu quelques années avant de s’effondrer, tout comme le projet immobilier.

«Livraison à l’été 2021»

Le plus récent placard promotionnel annonce toujours des «maisons de ville» pour l’été 2020, peut-être l’automne. Une nouvelle construction signée Groupe Humaco.

Pourtant, le lot est toujours vacant. Qu’en est-il?

Le lot est situé au confluent des rues de l’Aqueduc, Franklin et Châteauguay.

Au téléphone, le président de l’entreprise fondée à Lévis, Francis Roy, explique que l’échéancier a été étiré, notamment parce qu’un certain coronavirus a secoué le monde du bâtiment au printemps. «Avec la COVID-19, il y a plusieurs projets qui ont été retardés. Quand on a eu la reprise, il y avait plusieurs projets à rattraper. […] D’ici à Noël, ça va être revenu à la normale.»

Ses ouvriers seraient prêts à débarquer sur la rue de l’Aqueduc où une roulotte de chantier est déjà installée. «On s’est mobilisé pour débuter les travaux incessamment. On est en attente du renouvellement du permis pour débuter les travaux.»

Groupe Humaco connaissait bien l’ancien projet pour ce lot de la Basse-Ville. L’équipe de Francis Roy avait été embauchée pour le construire. «On avait été approché par un promoteur il a peut-être 4 ou 5 ans», se remémore-t-il. «On a attendu.»

Quand le précédent propriétaire a lancé la serviette, «on a récupéré ce terrain».

Venons-en au plan actuel de 11 logis. Les 9 «maisons de ville» auront deux ou trois étages, avec terrasse sur le toit; elles sont vendues entre 250 000 à 390 000 $. Il y a aussi deux appartements, dont un loft à 150 000 $.

Le projet a un nom : Accès Urbain.

Cette fois est la bonne? Le bâtiment poussera vraiment? «On est prêt. Dès qu’on a le permis, on démarre.» Francis Roy parle d’une livraison en juin 2021.

Humaco est une entreprise née à Lévis. «La maison mère est ici à Saint-Nicolas, à Lévis, sur le bord de la 20 sur le chemin Olivier.» L’entreprise a aussi un bureau dans la métropole.

Une cinquantaine d’employés bossent au bureau de la rive sud de Québec, jauge M. Roy. En ajoutant les employés de chantier, il compte autour de 400 travailleurs — «En ce moment un peu plus parce qu’il y a un rush