Vincent Lemieux a marqué pendant des décennies le département de science politique de l'Université Laval, formant plus de doctorants que quiconque.

Un pilier de la science politique s'éteint

L'Université Laval a perdu l'un de ses plus illustres politologues des dernières décennies. L'ancien professeur Vincent Lemieux, considéré comme un pilier du département de science politique, est décédé vendredi matin.
Le politologue avait été admis il y a cinq jours à l'hôpital Jeffrey Hale de Québec, le jour de son anniversaire, en raison d'une pneumonie. Il est mort vendredi des suites de cette pneumonie à l'âge de 81 ans, laissant dans le deuil sa conjointe et ses six enfants.
Vincent Lemieux a marqué pendant des décennies le département de science politique de l'Université Laval, formant plus de doctorants que quiconque. «Ça a été le pilier du département de science politique pendant de longues années», souligne le directeur actuel du département, François Pétry. «C'était un grand bonhomme, qui était très modeste. Mais quand il intervenait, tout le monde écoutait.»
Le retraité de l'Université Laval était vu comme un grand spécialiste des partis politiques et de l'analyse politique. Souvent cité dans les médias, il a offert une visibilité hors pair pour l'institution lavalloise, d'après François Pétry.«Il a contribué de façon absolument remarquable à la formation des jeunes chercheurs québécois. Cela a un rayonnement aussi sur le reste du Canada.» Un prix de l'Association canadienne de science politique du Canada porte notamment le nom Vincent-Lemieux.
Le politologue de carrière était par ailleurs respecté par les hommes et femmes politiques du Québec, selon François Pétry. «Il était en contact avec des décideurs de très haut niveau. C'est certain. Mais il a toujours gardé ses distances et une certaine neutralité», résume-t-il.