La Sûreté du Québec (SQ) a indiqué avoir reçu un appel vers 9h15 concernant un avion en difficulté dans le secteur de l’aéroport de Sept-Îles.

Un parachute sauve la vie à un pilote

SEPT-ÎLES — Un pilote a évité le pire en déployant le parachute dont est muni son avion peu avant qu’il ne s’écrase samedi matin sur la Côte-Nord. Le Cirrus SR22, construit en 2005, venait d’éprouver une panne de moteur.

La Sûreté du Québec (SQ) a indiqué avoir reçu un appel vers 9h15 concernant un avion en difficulté dans le secteur de l’aéroport de Sept-Îles.

L’appareil n’étant jamais arrivé à destination, la SQ a déployé des équipes de même qu’un hélicoptère et un aéronef des Forces armées canadiennes pour tenter de le retrouver.

Le pilote, un homme de 37 ans originaire de l’Indiana aux États-Unis, a déployé le dispositif visant à ralentir la chute de l’appareil.

L’écrasement s’est produit dans un secteur isolé et boisé situé à proximité du Lac Walker.

L’atterrissage s’est fait alors que le pilote était toujours assis dans l’habitacle de l’appareil.

L’homme a réussi à communiquer avec NAV Canada et à transmettre ses coordonnées via GPS, a rapporté la SQ.

Il a été chanceux dans sa malchance. Il a subi qu’un choc nerveux, mais n’a pas été blessé physiquement, a précisé le sergent Louis-Philippe Bibeau, un porte-parole de la SQ.

Les policiers indiquent qu’il a été secouru par un hélicoptère des Forces armées canadiennes. Il a été transporté à l’aéroport de Sept-Îles puis dans un hôpital.

La Sûreté du Québec a initialement rapporté que le pilote avait sauté en parachute, mais a par la suite précisé que c’est l’appareil lui-même qui est muni d’un parachute balistique.

L’appareil avait décollé de Wabush, à Terre-Neuve-et-Labrador, et était en direction de l’aéroport de Québec.