En 2018, on prévoit notamment refaire le parvis de l'église Notre-Dame-des-Victoires en plus de réparer sa maçonnerie et le plancher de son clocher.

Un objectif de 3,5 millions $ sur deux ans pour le patrimoine religieux

C’est une ambitieuse campagne de financement que se prépare à lancer la Fondation patrimoniale Nostre Dame de Kébec : 3,5 millions $ à aller chercher pour embellir le patrimoine religieux de la Basilique-cathédrale Notre-Dame de Québec et l’église Notre-Dame-des-Victoires.

«On parle d’une campagne de 3,5 millions $ qui se déroulera sur deux ans et dont les détails restent à définir», a déclaré au Soleil Mgr Denis Bélanger, président de la Fondation et curé de la paroisse Notre-Dame lors d’une soirée tenue mardi au Port de Québec pour souligner la nomination de Mario Girard, pdg de l’administration portuaire, à titre de président d’honneur.

Mgr Bélanger a ajouté que c’était la première fois qu’une telle campagne publique était lancée. «Par le passé, on fonctionnait avec des campagnes discrètes et des donateurs.»

Depuis 2010, des travaux de près de 4,5 millions $ ont été réalisés grâce à l’apport de corporations privées, du gouvernement du Québec et de la Ville de Québec. Mgr Bélanger souhaite maintenant que le financement ne dépende plus uniquement des fonds publics.

Nombreux chantiers

En 2018, on prévoit aménager le Jardin des pèlerins, réparer le clocher nord et celui du fronton de la cathédrale et refaire le parvis de Notre-Dame-des-Victoires en plus de réparer sa maçonnerie et le plancher de son clocher.

Comme l’a indiqué Mario Girard, il faudra aussi éventuellement revernir les bancs de la cathédrale, mais, surtout, restaurer les oeuvres d’art installées dans l’église Notre-Dame-des-Victoires. «Dont une oeuvre de Théophile Hamel qui a été présentée à l’Exposition universelle de Paris en 1867», précise Mgr Bélanger.

À long terme, Mario Girard a également souligné qu’il faudrait aussi penser à refaire une beauté à la crypte qui abrite les sépultures des gouverneurs français et des évêques de Québec.

Le premier ministre Philippe Couillard, qui participait également à la soirée, a pour sa part rappelé l’importance du patrimoine religieux et de la reconnaissance de l’influence fondatrice des communautés religieuses, même dans une période où de nombreux débats ont lieu concernant la religion.

«C’est en renouant avec les richesses de son passé que le Québec pourra mieux assumer son avenir», a affirmé M. Couillard citant une lettre écrite par le regretté premier ministre péquiste René Lévesque.