L’équipe du Centre médical Beauport comptera sept omnipraticiens d’ici quelques jours.

Un nouveau médecin au Centre médical Beauport

C’est confirmé : le Centre médical Beauport restera ouvert la fin de semaine grâce à l’arrivée d’un nouveau médecin.

«C’est une très bonne nouvelle», s’est réjoui au bout du fil le médecin responsable de la clinique de l’avenue Royale, le Dr Nil Lefrançois, dont l’équipe comptera sept omnipraticiens d’ici quelques jours. Le nouveau médecin a obtenu un avis de conformité au Plan régional d’effectifs médicaux (PREM) 2020, a confirmé le Dr Lefrançois.

En novembre, Le Soleil rapportait que le Centre médical Beauport allait devoir fermer les samedis et dimanches à compter de janvier, faute de nouveau médecin. Il était prévu que les quelque 10 500 patients de la clinique soient redirigés la fin de semaine à la nouvelle clinique médicale du Complexe Synase, près de l’Hôpital de l’Enfant-Jésus, en vertu d’une entente entre les deux groupes de médecine familiale.

Celle-ci devait permettre aux médecins du Centre médical Beauport de souffler un peu, expliquait le Dr Lefrançois, 73 ans. Ses collègues, dont deux sont dans la soixantaine, et lui ont «la langue à terre», confiait-il.

Dérogation

Pour rappel, le ministère de la Santé avait accordé une dérogation au PREM 2019 et autorisé un médecin supplémentaire pour le sous-territoire de Beauport. Des citoyens et des patients de la Clinique médicale Beauport avaient fait des représentations à cet effet, notamment auprès du député caquiste Jean-François Simard.

Deux candidats avaient manifesté leur intérêt de pratiquer dans ce secteur, l’un à la clinique du DLefrançois, et l’autre, à la Clinique médicale des Promenades, qui est aussi une superclinique. Les deux candidats avaient été rencontrés en entrevue par un comité du Département régional des effectifs médicaux (DRMG), qui avait finalement octroyé le poste au médecin qui voulait pratiquer à la Clinique médicale des Promenades.

Une décision qui avait profondément déçu le Dr Lefrançois, dont la clinique, disait-il, a «toujours bien fonctionné» et rempli «de façon exemplaire» ses obligations envers la population et le ministère de la Santé. Il avait remis en question la tendance actuelle des médecins et du «système» à privilégier les «grosses structures médicales» de 25 ou 30 médecins.

Sélection «neutre»

En entrevue au Soleil, le chef du DRMG, le Dr Jacques Bouchard, avait assuré que la sélection avait été faite de façon «neutre et impartiale». Il avait également souligné que le candidat qui n’avait pas été retenu, mais qui était néanmoins «excellent», selon ce qu’on lui en aurait dit, pouvait retenter sa chance pour le prochain processus d’octroi de postes. «S’il réapplique maintenant [et s’il refait une bonne entrevue], dans un mois, il pourrait commencer à Beauport parce qu’on a des nouveaux postes pour Beauport avec le PREM 2020», avait indiqué le Dr Bouchard.

Au lendemain de notre reportage, la ministre de la Santé, Danielle McCann, avait promis de trouver une solution pour éviter que le Centre médical Beauport ferme ses portes la fin de semaine. «La Clinique médicale Beauport joue un rôle important, on veut la supporter», avait-elle dit au Soleil.

La ministre McCann n’aura finalement pas eu besoin de faire une dérogation «ciblée», comme l’avait fait l’an dernier son prédécesseur, Gaétan Barrette, pour permettre au Centre médical Beauport de mettre la main sur un nouveau médecin.