L’aventurier Frédéric Dion

Un nouveau défi pour Frédéric Dion

TROIS-RIVIÈRES —L’aventurier Frédéric Dion se lance dans une nouvelle aventure. Après avoir atteint le centre de l’Antarctique en skis tractés par un cerf-volant en 2014, il veut atteindre les six pôles intérieurs des six autres continents.

Dans le cadre du défi qui s’échelonnera jusqu’en 2029, l’aventurier prévoit faire une expédition de repérage une année et l’atteinte du pôle l’année suivante. Il n’hésite pas à qualifier ce défi de «titanesque» et «de plus grande aventure de sa vie». Les parcours auront des distances variant entre 1000 et 4000 kilomètres et seront d’une durée variant entre un et quatre mois. Les moyens utilisés pour conquérir chacun des pôles seront différents selon le terrain à franchir. Selon le principal intéressé, tous les moyens de transport associés à l’activité sportive pourront être mis à contribution.

«J’ai vécu plus de 50 expéditions au cours des 16 dernières années. Ces expériences m’ont mené à imaginer cet extraordinaire projet. Je me sens au meilleur de ma forme et de mes compétences pour relever ce défi», affirme Frédéric Dion.

Le résident de la petite localité de Notre-Dame-du-Mont-Carmel revient d’ailleurs tout juste de l’expédition de repérage en prévision de son périple en Amérique du Sud à l’automne 2019. Ce séjour lui a notamment permis de déterminer qu’il commencera son aventure au Chili sur le bord de l’océan Pacifique, un endroit qu’il qualifie de véritable paradis.

«J’avais ciblé cet endroit avant. Mais en m’y rendant, j’ai vu que c’était un lieu extraordinaire! Imaginez le rocher percé, le désert avec les dunes qui finit dans l’océan bleu, une colonie de phoques et les montagnes avec des grottes en arrière», raconte-t-il.

Dans les années qui suivront, les objectifs de l’aventurier seront le pôle de l’Australie près de Haasts Bluff (2021), le pôle d’Asie au nord-ouest de la Chine (2023), le pôle d’Afrique près de la ville d’Obo (2025), le pôle de l’Amérique du Nord dans le Dakota du Sud (2027) et finalement le pôle d’Europe (2029). Fait à noter, outre les coordonnées géographiques, M. Dion ne sait pas exactement où se trouvent ses objectifs. Et il veut que ça reste ainsi tant et aussi temps qu’il n’y sera pas rendu.

«Il se peut qu’au Dakota du Sud, ce soit dans la cour arrière de quelqu’un», lance-t-il en riant.

Pas pour les records

Selon ses recherches, il serait le premier homme à relever ce défi. Mais ce détail revêt une importance secondaire pour lui. Après avoir composé avec des règles strictes pour que son exploit soit reconnu lors de sa traversée de l’Antarctique en 2014 – une erreur de sa part lui avait notamment valu une réprimande de l’organisme Adventure Stats – il ne veut plus se soumettre à de telles contraintes.

«Peu importe l’objectif, ce qui compte est le trajet pour s’y rendre. Je vivrai des périples exceptionnels à travers ces continents en explorant les territoires les plus sauvages», mentionne-t-il. 

En équipe

Seul au monde lors de plusieurs de ses précédentes aventures, M. Dion sera cette fois accompagné de deux autres adeptes de ce genre de défis, du moins pour la portion sud-américaine. Leurs identités seront dévoilées prochainement.

«Nous serons une équipe de rêve! Je ne serais pas parti avec n’importe qui», précise-t-il.

Financement

Afin de défrayer les coûts de cette aventure, qui se chiffrent à environ 50 000 $ seulement pour la première étape, M. Dion donnera une série de conférences un peu partout au Québec au cours du mois de mai prochain. Le public pourra notamment voir les images captées pendant l’expédition de repérage et rencontrer son équipe. Il est possible d’acheter des billets en se rendant au https://www.fredericdion.com/conferences/grand-public/

L’aventurier fait également appel aux gens et aux entreprises afin d’amasser les fonds nécessaires.