Le Hong, un navire marchand, n'a pas vu d'autres eaux que celles de la baie des Anglais depuis plus de 9 mois.

Un navire marchand squatte le port de Baie-Comeau depuis neuf mois

Depuis plus de neuf mois, le Hong, un navire marchand, n'a pas vu d'autres eaux que celles de la baie des Anglais. En raison d'un litige commercial, le vraquier de 169 mètres ne peut toujours pas quitter le port de Baie-Comeau et rien n'indique qu'il pourra le faire dans les prochaines semaines.
L'épopée du Hong à Baie-Comeau débute le 16 décembre 2014. Le navire, qui se nomme alors le HHL Hong Kong, accoste au quai de l'aluminerie Alcoa afin d'y décharger sa cargaison d'alumine. Durant le temps où il est accosté, le navire battant pavillon du Liberia a été vendu à la firme allemande Auerbach Bereederung GMBH & Co.Selon Transports Canada, un litige commercial a alors éclaté entre le vendeur, une firme non précisée, et l'acheteur. Impliquée dans le dossier, la Cour fédérale a fait saisir le vraquier fin décembre.
Cette saisie a été menée afin d'empêcher le bateau de quitter vers son autre destination, qui serait Anchorage, en Alaska. Le Hong, qui porte ce nom depuis mai selon le site spécialisé Marine Traffic, restera donc à l'ancre dans la baie des Anglais tant que le dossier ne sera pas réglé à la satisfaction de la cour.
Il ne s'agit toutefois pas d'un cas où le navire n'est pas apte à naviguer ou que l'équipage est abandonné à son sort. Construit en 2010, le Hong est en bon état, il respecte les normes de sécurité en vigueur au pays et les 12 marins qui constituent l'équipage sont très bien traités et ils reçoivent leur paie, assure-t-on chez Transports Canada.
Même s'il n'a que cinq ans, le Hong en est déjà à son troisième nom, d'après Marine Traffic. Lors de son baptême, il s'appelait le Beluga Shanghai.