Un million de nouveaux retraités au Québec d'ici 2020

Selon les chercheurs Lassad Damak et Youssef Hajoui, économistes et économètres au Centre d'étude sur l'emploi et la technologie, et en fonction des statistiques de la Régie des rentes du Québec, le nombre de nouveaux retraités d'ici 2020 dépassera le million (1 073 000 entre 2011 et 2020).
En 2010, le nombre de retraités avait atteint 94 000, annonçant une croissance constante pour les prochaines années. On note aussi que 38 % des gestionnaires en poste prendront leur retraite dans les 10 prochaines années.
Leur analyse montre que le tiers des départs à la retraite s'effectuera dans les emplois de niveau technique qui exigent une formation collégiale ou un diplôme d'études professionnelles dans les postes spécialisés en administration et en travail de bureau ainsi que du personnel dans la catégorie des métiers. L'autre catégorie qui comptera le plus grand nombre de retraités proviendra du niveau intermédiaire, où les exigences demandent un diplôme d'études secondaires. On y trouve notamment du personnel de bureau.
La troisième catégorie en importance, avec 19,2 % des personnes, concerne les professionnels dont les postes demandent un diplôme universitaire, soit le personnel professionnel ou en sciences sociales, en enseignement et en administration publique, entre autres.
Lorsqu'on regarde l'analyse des projections par industrie, les deux chercheurs estiment «qu'entre 2011 et 2020, quatre personnes nouvellement retraitées sur cinq vont provenir du secteur des services [79,3 %], qui employait plus de trois millions de travailleuses et de travailleurs en 2010». Le secteur des biens et services aura, comme la moyenne nationale, à remplacer près du quart de ses effectifs.
Les chercheurs ajoutent que l'industrie des soins de santé et de l'assistance sociale arrive au deuxième rang, avec 30 % de la main-d'oeuvre de 2010 qui prendra sa retraite d'ici 2020. Pour cette main-d'oeuvre, on pourrait craindre un déséquilibre dans les compétences pour bien des postes à pourvoir. Le défi sera de trouver des moyens et des incitatifs financiers pour que certains travailleurs expérimentés poursuivent leur vie active après l'âge normal de la retraite.
On peut lire les études complètes au www.cetech.gouv.qc.ca.