Développé par la firme pharmaceutique Gilead Sciences en réponse à l'épidémie d'Ebola en Afrique de l'Ouest en 2014, le remdesivir a été testé chez un patient porteur du nouveau coronavirus pour la première fois plus tôt cette année aux États-Unis.

Un médicament contre l'Ebola pourrait combattre le COVID-19

Un médicament antiviral mis au point pour combattre le terrifiant virus d'Ebola pourrait se révéler efficace face au coronavirus, croient des chercheurs de l'Université de l'Alberta.

Le virologiste Matthias Götte et ses collègues écrivent dans le Journal of Biological Chemistry que le remdesivir a déjà démontré son efficacité contre le syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) et le syndrome respiratoire du Moyen-Orient (SRMO), qui sont eux aussi des coronavirus.

Ils expriment dans un communiqué leur «optimisme prudent que les résultats constatés par notre équipe avec le remdesivir et le SRMO seront similaires avec le COVID-19». La molécule semble essentiellement interférer avec la reproduction du virus, a expliqué M. Götte.

«C'est un antiviral qui cible des protéines du virus, donc c'est prometteur, a dit Pierre Talbot, un spécialiste des coronavirus à l'Institut national de la recherche scientifique. Le virus COVID-19 est très similaire au SRAS, donc si ça fonctionnait sur le SRAS, ça pourrait fonctionner avec le COVID-19.»

Un autre expert, le professeur Gary Kobinger du département de microbiologie-infectiologie et d'immunologie de la faculté de médecine de l'Université Laval, se fait lui aussi prudent.

«(Il serait) prématuré de conclure sur l'efficacité (ou non) de remdesivir ou tout autre médicament/vaccin avant de voir les résultats (finaux) des études en cours en Chine et ailleurs, a-t-il écrit dans un courriel. En fait, c'est de la spéculation qui peut faire plus de mal que de bien.»

Développé par la firme pharmaceutique Gilead Sciences en réponse à l'épidémie d'Ebola en Afrique de l'Ouest en 2014, le remdesivir a été testé chez un patient porteur du nouveau coronavirus pour la première fois plus tôt cette année aux États-Unis.

Le prestigieux New England Journal of Medicine avait à ce moment rapporté que le patient avait reçu le médicament au septième jour de son infection. Une amélioration importante de son état avait été constatée dès le lendemain, et les symptômes avaient éventuellement entièrement disparu.

Lors d'une récente conférence de presse, le directeur adjoint de l'Organisation mondiale de la santé, le docteur Bruce Alyward, a indiqué que le remdesivir pourrait être le seul médicament disponible vraiment efficace contre le coronavirus.

Des essais cliniques sont actuellement menés pour vérifier l'efficacité du remdesivir contre le coronavirus. Les résultats sont attendus vers la fin du mois d'avril.