Le prévenu a comparu samedi matin par visionconférence au palais de justice de Québec. Il demeure détenu jusqu’à sa prochaine comparution, prévue lundi.

Un homme arrêté pour menaces envers la communauté musulmane

Un homme de Québec a été arrêté vendredi pour avoir proféré des menaces contre la communauté musulmane. Un type de crime que la population doit dénoncer, rappellent les autorités.

Selon un communiqué émis samedi par le Service de police de la Ville de Québec (SPVQ), le suspect de 46 ans aurait tenu «des propos menaçants» le 4 avril dernier, dans un message laissé sur la boîte vocale d’une mosquée de Montréal. 

L’enquête, lancée par le Service de police de la Ville de Montréal, a permis d’établir que l’auteur de l’appel était un résident de la région de Québec. Des enquêteurs des crimes majeurs du SPVQ l’ont finalement cueilli chez lui vendredi.

Le prévenu a comparu par visioconférence au palais de justice de Québec, samedi matin. Il fait pour l’instant face à une accusation de bris d’engagement — infraction constatée au moment de l'arrestation —, mais n’a pas encore été accusé de menaces, a précisé David Poitras, porte-parole du SPVQ. Le dossier est entre les mains du Directeur des poursuites criminelles et pénales. L’homme demeure détenu jusqu’à sa prochaine comparution, prévue lundi. 

La nature exacte des propos tenus par le suspect n’a pas été précisée. Selon le Code criminel, une accusation de menaces s’applique lorsqu’une personne menace «de causer la mort ou des lésions corporelles à quelqu’un» ou «de brûler, détruire ou endommager des biens meubles ou immeubles».

David Poitras a rappelé samedi que le SPVQ prenait «très au sérieux» les cas de menaces contre une communauté en particulier et a invité la population à dénoncer. Les plaignants peuvent composer le 9-1-1 pour une intervention immédiate ou le 1-888-641-AGIR.

Les crimes haineux étaient en hausse l'an dernier à Québec. Selon un bilan fait par le SPVQ en décembre, 42 dossiers ont été ouverts en 2017 pour des crimes haineux, soit deux fois plus qu'en 2016.

Toujours en décembre, un autre individu de Québec a été arrêté pour avoir proféré des menaces contre un lieu de culte par l'entremise des réseaux sociaux.