Le kiosque de cryptomonnaie trône dans un endroit peu fréquenté de Place du Royaume.

Un guichet de cryptomonnaie installé à Chicoutimi

Un guichet qui permet d’acheter, mais aussi d’encaisser de la cryptomonnaie, a fait son apparition au centre commercial Place du Royaume de Chicoutimi, le 27 juillet dernier.

Installée pour l’instant dans un endroit peu fréquenté, la borne interactive n’est toutefois pas passée inaperçue. Lors du passage du Quotidien, quelques passants questionnés avaient entendu parler à la fois du bitcoin – pour l’instant la seule cryptomonnaie qu’on peut obtenir sur l’appareil – et du guichet automatique nouveau genre, que la page Facebook du centre commercial avait promu dès son installation.

Un relevé de transaction avait d’ailleurs été oublié au sol, faisant foi que quelqu’un a dépensé une somme de 100 $, obtenant 0,01 bitcoin, la valeur actuelle de la monnaie virtuelle, se chiffrant à 10 088,49 dollars canadiens.

Une brève tournée de différents commerçants n’a pas permis de dénicher un magasin où il était possible d’effectuer une transaction en bitcoins.

Un relevé de transaction, trouvé au sol, faisait foi d’une transaction de 100$ en échange de 0.01 Bitcoin.

Le Quotidien n’a pas non plus été en mesure d’effectuer un retrait en bitcoins, car l’opération exige de l’utilisateur qu’il possède un portefeuille électronique. Plusieurs vérifications, entre autres de validité de fonds et d’identité, sont exigées afin de créer une bourse virtuelle.

Seul dépositaire
Personne chez Primaris, gestionnaire de Place du Royaume, n’était disponible afin d’expliquer ce qui avait motivé l’installation d’un tel appareil dans le centre commercial chicoutimien.

Propriété de HoneyBadger, qui clame posséder le réseau le plus fiable de kiosques de bitcoins au Canada, le guichet de cryptomonnaie ne figurait toutefois pas dans la carte interactive retrouvée sur le site Internet de l’entreprise basée en Colombie-Britannique.

Une recherche sur Internet a permis de repérer d’autres kiosques de cryptomonnaie à Québec, à Trois-Rivières et à Montréal.

Il semblerat que le kiosque de Chicoutimi est le seul à l’est de Québec.

+

BITCOIN 101

La cryptomonnaie est peu connue du grand public . Mais de nombreux citoyens rencontrés se disent curieux à propos du bitcoin et avouent être prêts à tenter l’expérience. 

En résumé, le bitcoin est une monnaie virtuelle qui permet des échanges financiers, de personne à personne, sans transiger par une institution financière. Utilisable partout dans le monde, cette monnaie n’est pas sensible au gel de fonds et serait avantageuse au niveau des frais exigés, plus bas que le système de monnaie actuel.

Tout système de monnaie est basé sur un paramètre de confiance. Pour le bitcoin, les transactions sont enregistrées par ordre chronologique dans un registre ; c’est le «blockchain» (la chaîne de blocs). Il est infalsifiable et permanent. Les vérificateurs de ce registre sont nommés « mineurs ». Ces personnes confirment les transactions et vérifient qu’un bitcoin n’a pas été doublement dépensé. Ce métier – puisque c’en est un) – est exigeant et requiert beaucoup d’électricité, en raison de la puissance de calcul des algorithmes qu’il nécessite. Pour l’instant, le nombre de bitcoins est limité à 21 millions, ce qui permet d’évaluer que la monnaie sera saturée vers 2140. Sa valeur à ce stade devrait avoisiner un million de dollars par unité.

La collègue Mélyssa Gagnon, dans Le Progrès, nous apprenait que l’entreprise Bitfarms, qui opère dans le minage et la tenue de chaînes de blocs, lorgnait Jonquière récemment. La compagnie a conclu une entente de principe avec Hydro-Jonquière afin de réserver un bloc de 40 mégawatts.