Le Dr Richard Lemelin a rencontré la presse lundi matin.
Le Dr Richard Lemelin a rencontré la presse lundi matin.

Un groupe de médecine familiale menacé de fermeture dans Limoilou

Jean-François Néron
Jean-François Néron
Le Soleil
Le groupe de médecine familiale Synase de Limoilou risque de fermer en décembre 2020 et priver entre 5000 et 6000 patients d’un médecin de famille dans un quartier qui en compte déjà 13 000 sur une liste d’attente. Un ultime appel à l’aide est lancé au ministre de la Santé pour obtenir l’autorisation d’embaucher plus de médecins.

«La mission qu’on s’était donnée au départ, on ne pourra pas la faire parce qu’on n’a pas les ressources.» Le docteur Richard Lemelin est aujourd’hui dépité après avoir essuyé plusieurs refus.

Il ouvrait il y a deux ans le Centre médical Synase, face à l’hôpital de L’Enfant-Jésus. Le but premier était de prendre en charge 12 000 patients sans médecin de famille dans un quartier de la Ville défavorisé où les problèmes de santé et les maladies chroniques sont plus élevés en proportion de la population.

Le Dr Richard Lemelin lors de la construction du Centre médical Synase, en juillet 2018

Partis d’un bassin de zéro patient, les cinq médecins en poste, équivalant à 3,5 médecins à temps plein, ont pris en charge 8500 personnes. Le problème est que deux professionnelles de la santé sont âgées de 68 et 69 ans. À ce rythme, elles ne pourront suivre longtemps la cadence. 

«Il leur faut de l’air. Si on reste tel quel, elles vont devoir arrêter leur pratique. On va se retrouver avec trois médecins alors que ça prend au minimum l’équivalent de six médecins à temps plein pour fonctionner correctement dans un groupe de médecine (GMF)», explique le Dr Lemelin.

«Moi, j’ai 2600 patients, ajoute-t-il. Je ne peux en prendre plus. Un de nos médecins est de Trois-Rivières. Elle comptait s’installer à Québec à temps plein à partir de l’an prochain. Dans les circonstances, elle partira aussi.»

Le problème, soulève le professionnel, réside dans la répartition des médecins sur le territoire. «On nous dit que le ratio médecin/clientèle à Québec est le plus élevé de la province. C’est sûr, si on compte tous les médecins qui occupent des postes administratifs dans les organismes comme à la Régie de l’assurance maladie. Mais sur le terrain, il en manque à Limoilou. On ne nous écoute pas», déplore-t-il.

«Mon chum est a Dolbeau et il y 98% de la population qui a un médecin de famille. Ils ont envoyé quatre médecins à Gaspé alors qu’il y a zéro personne sur la liste d’attente. Dans Limoilou, le nombre de patients orphelins est passé de 7000 à 13 000 en deux ans. Si nous devons fermer, ça peut grimper jusqu’à 18 000.»

Le Dr Lemelin estime que la situation de son GMF est particulière et doit avoir l’écoute du ministre Christian Dubé. Il a le pouvoir de faire une dérogation pour permettre l’attribution de plus de médecins dans la région de Québec. «Si on nous en accorde six, on grimpe à 11 médecins. Même si les deux médecins plus âgées partent, nous serons neuf et pourrons offrir le service.»

Le responsable de la clinique évoque aussi que le maintien des services au GMF Synase diminue la pression sur les urgences des hôpitaux de L’Enfant-Jésus et de Saint-François-d’Assise.

Enfin, il estime qu’il est difficile pour plusieurs patients moins fortunés de se rendre chez un médecin de famille à l’extérieur de son quartier. «Un client nous a implorés de le prendre parce qu’il devait aller en autobus voir son médecin à Sainte-Foy. Pour lui, c’était compliqué. J’espère que nous serons entendus pour éviter la fermeture le 31 décembre», conclut-il.