Québec épaulera autant financièrement que psychologiquement les familles touchées par la tragédie. Un employé sera d'ailleurs à la disposition de la communauté musulmane dans le besoin.

Un employé pour les familles endeuillées

Le gouvernement du Québec épaulera les familles endeuillées par la tuerie de la Grande Mosquée avec l'embauche d'une personne spécifiquement dédiée à les guider vers les ressources disponibles.
Le cabinet du ministre responsable de la Capitale-Nationale, François Blais, a confirmé au Soleil qu'une somme de 50 000 $ sera versée dans les prochains jours au Centre multiethnique de Québec. L'argent, qui provient des budgets du Secrétariat à la Capitale-Nationale, doit servir à l'embauche d'un employé qui accompagnera les familles des victimes de l'attentat du 29 janvier.
Au début du mois, le ministre Blais a promis des mesures d'aide pour «sécuriser les familles et trouver une façon de les aider très concrètement». «Après discussion avec la communauté, nous sommes heureux de pouvoir leur apporter un support utile par le biais de cette ressource», a indiqué vendredi M. Blais par l'intermédiaire de son attaché de presse. 
L'employé s'affairera à temps plein à recenser les besoins des familles directement affectées, mais aussi des membres de la communauté musulmane touchée par l'attentat. Il devra assurer un suivi et aiguiller les gens vers les bonnes ressources et les bons programmes de soutien. L'employé devra aussi faire un lien avec les autorités gouvernementales pour s'assurer que l'offre de services répond aux besoins du terrain. Son mandat est d'une durée d'une année, pour le moment. Une reddition de comptes quant aux services rendus sera demandée. 
Le Centre multiethnique de Québec est un organisme communautaire dont la mission est d'accueillir les immigrants et de faciliter leur intégration à la société québécoise. Il n'a pas été possible de s'entretenir avec sa directrice générale, vendredi. 
Dans la foulée de la fusillade à la Grande Mosquée de Québec, le ministre Blais a évoqué la nécessité d'organiser des activités de rapprochement entre les Québécois «natifs» de la région et ceux de la communauté musulmane pour tisser des liens et favoriser une meilleure inclusion. À titre de responsable de l'Emploi et de la Solidarité sociale, M. Blais a aussi promis de faire «un certain nombre d'annonces pour favoriser l'intégration des immigrants dans les milieux de travail». Des annonces en ce sens devraient être faites lors du Rendez-vous national sur l'emploi, la semaine prochaine. 
Appels aux dons
Différents organismes, dont le Centre culturel islamique de Québec (CCIQ), ont lancé des appels aux dons pour venir en aide aux familles des victimes de l'attaque. 
Mardi, la Ville de Québec a annoncé qu'elle verserait de son côté 50 000 $ au CCIQ pour soutenir les familles éprouvées. Le maire Régis Labeaume souhaite que l'argent soit utilisé sur plusieurs mois, quand les projecteurs seront braqués ailleurs, mais que les séquelles psychologiques et émotives demeureront bien présentes. 
Lors de la rentrée parlementaire, mardi, les 125 députés de l'Assemblée nationale ont observé une minute de silence en mémoire des six disparus : Ibrahima Barry, Mamadou Tanou Barry, Khaled Belkacemi, Abdelkrim Hassane, Azzedine Soufiane et Aboubaker Thabti. 
Une motion adoptée par les parlementaires a souligné qu'«à travers eux, tous les Québécois ont été atteints dans leurs droits et leur dignité et qu'à la violence, ils répondent par l'empathie, la solidarité et la résilience».