Il était impossible d’obtenir un remboursement pour les billets de spectacle. Faut-il boycotter Patrick Bruel et perdre de l’argent, ou attendre un verdict final? Plusieurs ont eu la réflexion.

Un Centre Vidéotron plein pour Patrick Bruel, malgré la controverse

Patrick Bruel montait samedi soir sur la scène du Centre Vidéotron (plein, faut-il le préciser), non pas sans laisser quelques malaises chez ses spectateurs.

Les allégations de harcèlement sexuel et d’inconduite sexuelle portées contre Patrick Bruel ont fait jaser parmi les amateurs de sa musique. Plusieurs femmes ont témoigné contre le chanteur et acteur français, elles sont cinq dans les derniers mois à l’avoir accusé d’exhibition ou de harcèlement sexuel. D’autres témoignages dénoncent aussi des situations vécues il y a quelques années.

Ces allégations, et tout le bruit qui vient avec, n’ont pas empêché Patrick Bruel de parcourir l’Europe pour promouvoir son nouvel album. Il était aussi au Centre Bell de Montréal la semaine dernière.

Si les spectacles ont eu lieu, plusieurs équipes des émissions québécoises ont choisi d’annuler la présence de l’artiste sur leur plateau, tel que En direct de l’univers et La vraie nature

«Il n’est pas encore accusé», maintient Sandy Bombardier. Une phrase qui revenait souvent dans le public. «On lui laisse le bénéfice du doute.»

Les enquêtes concernant les accusations auprès du chanteur se poursuivent. Bruel nie pour l’instant tout geste déplacé. 

«Je l’aime beaucoup, depuis toujours. J’ai lu les articles à propos de la situation, mais ça n’a pas affecté mon jugement. Je ne vais pas arrêter d’aimer sa musique», ajoute-t-elle.

Pas de remboursement

Il était impossible d’obtenir un remboursement pour les billets de spectacle. Faut-il boycotter le chanteur et perdre de l’argent, ou attendre un verdict final? Plusieurs ont eu la réflexion.

«On y a pensé. Si on avait su avant, on n’aurait pas acheté les billets, mais là on les a, donc a décidé de venir quand même», ont indiqué Daniel Poulin et Lucie Talbot. 

C’était le même raisonnement pour plusieurs. La majorité a acheté les billets en début d’année, la nouvelle entourant l’inconduite sexuelle de l’artiste a envahi les médias il y a quelques semaines.

«On a réfléchi... on était indécises. Mais on vient de Trois-Rivières pour ça, c’était une petite sortie prévue depuis longtemps», racontent deux dames. 

D’autres ont aussi indiqué que s’il avait été accusé, une tout autre réflexion aurait été de mise. «Probablement qu’à ce moment-là, le spectacle serait annulé.»

À reculons

Certains membres du public approchaient à reculons vers le Centre Vidéotron. Un sentiment de traîtrise envers les présumées victimes se faisait sentir. «On m’a invitée ce soir... Si je n’étais pas invitée, je ne serais pas allée», a avoué Hélène Leblanc.

Si certains spectateurs jugent que l’amour pour l’artiste passe en premier, d’autres ont perdu un peu d’admiration. «Malaise, vraiment. Ça donne un goût amer ce soir, ça va être moins festif que d’habitude», soulevait une dame qui a préféré ne pas dire son nom. Elle n’en était pas à son premier spectacle de Patrick Bruel, elle l’aime pourtant depuis des années. De son côté aussi les billets étaient achetés... argument qui a fait pencher la balance. 

***

AMBIANCE À LA FÊTE

Par ailleurs, dans la salle, les gens se sont levés dès les premières notes pour applaudir, oubliant les allégations qui pèsent contre le chanteur.

Patrick Bruel a commencé son spectacle avec Comment ça va pour vous?, un peu réécrite : «Ça c’est gentil d’être venu. Vidéotron plein à craquer.»

Un peu fébrile au début, Bruel a rapidement été rassuré par le public qu’il a d’ailleurs remercié à plusieurs reprises d’être venu au concert.

La magie a par la suite opéré entre le chanteur et ses fans présents samedi soir, dont beaucoup étaient adolescent(e)s à l’époque de la «Bruelmania». La majorité du spectacle était d’ailleurs conçue autour de ses grands succès de cette période. 

Et qui d’autre que Patrick Bruel pour transformer le Centre Vidéotron en salle de bal lorsqu’il a demandé au public de danser la valse sur Les amants de Saint-Jean. Les spectateurs ne se sont pas non plus fait prier pour s’accroupir et se lever sur Stand up

Il faut dire que, Bruel et Québec, c’est une grande histoire d’amour. Encore plus depuis l’été 2015 et le concert sur les plaines d’Abraham lors du Festival d’été de Québec où il avait plu à torrents. 

Ambiance à la fête donc, pour un soir, mais un doute subsistera dans la tête de nombreuses personnes jusqu’à ce que la justice fasse toute la lumière sur les accusations de plusieurs femmes. Céline Fabriès