Selon le CIUSSS, la couverture vaccinale contre la rougeole est d’environ 95 % dans la Capitale‐Nationale, et que la probabilité de transmission reste donc limitée.

Un cas de rougeole signalé à Québec

Un cas de rougeole, le premier depuis 2015, a été déclaré au cours des derniers jours à Québec, rapporte le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) de la Capitale-Nationale.

L’infection aurait été acquise par une personne adulte lors d’un voyage en Asie. Celle-ci aurait été contagieuse entre le 24 mai et le 1er juin derniers, précise le CIUSSS dans un communiqué diffusé lundi.

«Durant cette période, la personne a notamment consulté à l’urgence de l’Hôtel‐Dieu de Québec les 30 et 31 mai 2019. La Direction de santé publique du CIUSSS de la Capitale‐Nationale travaille activement, en collaboration avec le CHU de Québec‐Université Laval, à joindre toutes les personnes ayant pu être exposées au cas et à leur donner les directives et conseils de santé appropriés. Les milieux de soins de la région ont aussi été avisés de rehausser leur vigilance face à la rougeole», écrit l’établissement. 

En entrevue au Soleil, le Dr Nicolas Brousseau, médecin-conseil à la Direction régionale de santé publique, a indiqué que près de 200 personnes ont jusqu’ici été contactées. «Il s’agit des proches de la personne, de patients et de membres du personnel de l’Hôtel-Dieu de Québec», a-t-il précisé.  

Selon le CIUSSS, «il n’y a aucune évidence de transmission de l’infection dans la région pour le moment», la personne infectée n’ayant pas fréquenté de lieux publics avant de se rendre à l’hôpital. L’établissement rappelle du reste que la couverture vaccinale contre la rougeole est d’environ 95 % dans la Capitale‐Nationale, et que la probabilité de transmission reste donc limitée. «La rougeole ne circule pas librement dans la région, réduisant ainsi les risques de transmission», souligne-t-il.

Toutes les personnes nées avant 1970 sont considérées immunisées contre la rougeole parce qu’elles y ont été exposées, et toutes les personnes nées après 1970 ont été vaccinées, résume le Dr Nicolas Brousseau. 

Plus de cas à Montréal

Dans la grande région de Montréal, ce sont sept cas de rougeole qui ont été enregistrés depuis le début de l’année. Cinq des personnes malades ont acquis le virus à l’extérieur du pays, alors que les deux autres l’ont contracté après avoir été en contact avec une personne infectée arrivant de l’extérieur.

Jusqu’ici, outre les deux épidémies de 2011 (776 cas) et de 2015 (159 cas, dont la grande majorité étaient issus d’une communauté religieuse non vaccinée), on enregistrait au Québec depuis 2001 entre 0 et 4 cas de rougeole par année. Dans la plupart des cas, la maladie est acquise à l’étranger, dans des pays où la rougeole est endémique, souligne le ministère de la Santé sur son site internet.

Très contagieuse, la rougeole se transmet par les sécrétions respiratoires d’une personne qui tousse ou qui éternue. Elle débute par une fièvre élevée et une atteinte de l’état général, puis par l’apparition de plaques rouges sur le visage et éventuellement l’ensemble du corps. L’infection est souvent accompagnée d’une toux, d’un écoulement du nez et d’une conjonctivite. Elle peut entraîner de graves complications comme la cécité, l’encéphalite ou des infections respiratoires aiguës (une pneumonie, par exemple).