Le palais de justice de Québec
Le palais de justice de Québec

Un cas de COVID-19 au palais de justice: des employés déplorent le manque de transparence

Isabelle Mathieu
Isabelle Mathieu
Le Soleil
Une employée du palais de justice de Québec a reçu un diagnostic positif à la COVID-19 dimanche soir. Les collègues travaillant de près avec elle ont été informés et mis en isolement pour 14 jours, dans l’attente d’un résultat au test de dépistage. D’autres travailleurs du palais de justice se demandent pourquoi leur employeur les a tenus dans le noir jusqu’à mercredi.

Selon le ministère de la Justice, toutes les mesures nécessaires à la sécurité des autres employés et du public ont été suivies, notamment la désinfection de tous les endroits ou objets pouvant avoir été en contact avec la personne contaminée.

Des employés du palais de justice ont communiqué avec Le Soleil en déplorant le manque de transparence de leur employeur. En date de mercredi matin, aucun avis officiel n’avait été envoyé à tous les employés.

«C’est comme si on a peur que les employés paniquent, nous écrit une employée. On sent qu’on nous cache des choses, qu’on nous prend pour des cons, qu’on fait tout pour pas nous envoyer en télétravail.»

Pourtant, lorsqu’un procès devant jury a été interrompu il y a quelques jours parce qu’un juré devait subir un test de dépistage, tout le personnel a reçu un avis dans un délai de 12 heures, indique une employée.

Dans un pôle d’emploi aussi important qu’un palais de justice, qui doit être averti lorsqu’un cas de COVID-19 est déclaré?

«La Direction de la santé publique est entrée en contact avec les employés ayant un risque modéré/élevé d’avoir été contaminés et a placé ceux-ci en isolement préventif pour 14 jours, répond le porte-parole du ministère de la Justice, Paul-Jean Charest. Elle a suggéré au ministère de la Justice d’informer les employés ayant un risque faible de contamination, ce qui a été fait. Pour tous les autres employés, aucune action n’était recommandée par la Direction de la santé publique.»

La majorité du personnel du palais de justice est de retour sur les lieux de travail depuis la fin août, avec plusieurs mesures de distanciation sociale et le port du masque. Seuls des cas d’exceptions sont toujours en télétravail.