Un canular cause la fermeture de 18 écoles dans la région d’Edmundston

EDMUNDSTON, N.-B. - Toutes les écoles du district scolaire francophone du Nord-Ouest, au Nouveau-Brunswick, ont été fermées, mercredi, à la suite de deux appels téléphoniques «menaçants», mais les autorités ont par la suite déterminé qu’il s’agissait d’un canular.

L’inspecteur Steve Robinson, de la Force policière d’Edmundston, explique que la menace était suffisamment crédible pour décider de fermer les 18 écoles du district scolaire francophone.

«Notre enquête a permis de démontrer qu’il n’y aura heureusement jamais eu une réelle menace et nous pouvons confirmer qu’il s’agit d’un canular, a indiqué en après-midi l’inspecteur Robinson. L’enquête en est maintenant une de méfait public.»

La police a indiqué qu’un premier appel avait été reçu à 5 h 34 d’un homme qui soutenait que l’ami de son fils avait l’intention de se rendre, avec un fusil, à l’école secondaire Cité des jeunes A.-M.-Sormany, sur la rue Martin, à Edmundston. Un deuxième appel anonyme, reçu à 6 h 15, indiquait qu’un élève transportait un fusil dans un étui à guitare.

«Même s’il était alors possible que ce soit un canular d’Halloween, on a pris la décision de fermer toutes les écoles du district scolaire, puisqu’on n’avait pas le nom de l’étudiant en question ni l’endroit où il pouvait demeurer», indiquait plus tôt mercredi l’inspecteur Robinson. «Nous ne prenons aucun risque dans une situation comme celle-ci.»

M. Robinson a déclaré que la Gendarmerie royale du Canada (GRC) participait à l’enquête, car les appels semblaient provenir de la région du Haut-Madawaska, vraisemblablement le lieu de résidence du suspect.

Le district scolaire francophone du Nord-Ouest (DSFNO), qui comprend les régions de Grand-Sault, d’Edmundston, de Saint-Quentin et de Kedgwick, compte 18 écoles, 5218 élèves et 880 employés, dont plus de 400 enseignants, selon son site internet. L’école secondaire qui aurait été visée - la Cité des jeunes A.-M.-Sormany - compte environ 1300 élèves provenant de plusieurs secteurs du nord-ouest du Nouveau-Brunswick, de Connors à Sainte-Anne-de-Madawaska.

Retour en classe jeudi

«Nous sommes conscients que cette situation peut occasionner des peurs et des inquiétudes dans vos familles, indiquait en matinée le directeur général du district scolaire, Luc Caron. Heureusement, il n’y a eu aucun incident et tous nos élèves et tous les membres de notre personnel sont en sécurité.»

M. Caron a plus tard précisé que «chaque école est prête pour accueillir et accompagner les élèves et les membres du personnel dans leur retour en classe» jeudi matin.

Par ailleurs, la Force policière d’Edmundston «rassure les parents que la traditionnelle collecte de friandises de l’Halloween peut se dérouler tel que prévu aujourd’hui en toute quiétude».

Une première annonce publiée par le district scolaire mercredi matin dans les médias sociaux, indiquant que toutes les écoles étaient fermées, a été d’abord accueillie avec incompréhension par les parents et les élèves.

«Veuillez prendre note que TOUTES LES OPÉRATIONS DU DSFNO sont suspendues aujourd’hui, le 31 octobre 2018, pour des raisons incontrôlables. Donc toutes les ÉCOLES et tous les BUREAUX sont fermés pour la journée», écrivait la direction, sans plus de détails.

Mais à mesure que la menace prenait forme, plusieurs se sont tournés vers Facebook pour féliciter les autorités de leur réaction rapide.

La police d’Edmundston et la GRC poursuivent leur enquête et demandent l’aide du public afin de recueillir des informations «qui permettraient d’épingler la ou les personnes responsables d’avoir causé ce désarroi dans la communauté».