L'enquête sera menée du 5 septembre au 3 octobre 2017. 

Un barrage routier... pour fins de sondage!

Lors de la rentrée scolaire de l'automne, des milliers d'automobilistes de la région de Québec seront interceptés sur les routes aux fins de l'Enquête origine-destination. L'objectif est de recenser et de caractériser les déplacements des véhicules en provenance de l'extérieur de la région.
Dans un appel d'offres rendu public par le Réseau de transport de la Capitale (RTC) jeudi dernier, on indique vouloir collecter un échantillon de 15 000 questionnaires dûment remplis. Ces questionnaires seront remis aux automobilistes qui se présenteront à l'un des 15 sites de relevés en bordure de la route. Six sites seront localisés sur le territoire de la Capitale-Nationale, et neuf sur le territoire de la Chaudière-Appalaches, peut-on lire dans le document. Leur emplacement est situé à la limite du territoire d'étude.
Aux heures de pointe 
L'enquête sera menée du 5 septembre au 3 octobre 2017. Les véhicules seront interceptés aux heures de pointe, en semaine, soit le matin entre 6h et 9h, et l'après-midi entre 15h et 18h. Seuls ceux qui circuleront en direction de la région Québec-Lévis seront arrêtés. 
L'appel d'offres prévoit également qu'en cas d'accumulation importante de véhicules au «barrage routier», les intervieweurs doivent cesser leurs activités et laisser s'écouler le trafic. Il est aussi mentionné que «l'accord des conducteurs à répondre aux questionnaires est libre et facultatif». 
Mercredi dernier, le ministère des Transports, la Ville de Québec, celle de Lévis, le RTC, ainsi que la Société de transport de Lévis, ont annoncé leur collaboration pour la réalisation de l'enquête origine-destination 2017. La dernière enquête du genre avait eu lieu en 2011 et ses conclusions avaient été connues en 2014.