Un établissement licencié nouveau genre s’établira dans le local du Pub Edward, assure le propriétaire des lieux, André Morissette.

Un air de Grande Allée sur Saint-Joseph?

Le visage de la rue Saint-Joseph se transforme encore avec la fermeture il y a quelques semaines du Pub Edward et de sa voisine, Chez Mo, Taverne urbaine. Les deux restos-­bar céderont leur place à un nouveau concept d’établissement licencié, voire deux.

Les établissements propriété de l’homme d’affaires André Morissette ont fermé cuisine en début d’année sans tambour ni trompette. «Ce n’était plus rentable. J’ai maintenant 68 ans. Je passe le flambeau», lance au bout du fil, le principal intéressé.

«Il y a 28 ans, j’étais seul. Maintenant, il y en a peut-être 20 qui sont ouverts. L’offre s’est renouvelée. C’est normal. Peut-être que mes établissements avaient fait leur temps», explique-t-il, sans amertume. 

Le Pub Edward a été longtemps considéré comme un établissement phare dans le quartier. De son côté, chez Mo avait participé à la relance d’une offre de restauration et de bar «plus moderne» du quartier au milieu des années 2000.

Sans dévoiler aucun nom ou groupe, M. Morissette confirme qu’un établissement licencié s’établira dans l’actuel local du Pub Edward. Celui qui est propriétaire des immeubles est aussi en négociation pour louer le local du Mo, qui serait transformé exclusivement en débit d’alcool. «On dirait que c’est la Grande Allée qui déménage sur la rue Saint-Joseph», lance-t-il, à la blague. 

La section de l’artère commerciale située aux abords et dans le quadrilatère des rues Mgr Gauvreau et Saint-Dominique et du boulevard Charest voit donc apparaître plusieurs nouveaux commerces qui diversifient l’offre de restauration et d’animation nocturne. La plus récente ouverture est celle de la taverne italienne Birra et Basta dans le local de l’ancienne champagnerie. 

L’exploitation des deux commerces n’était plus rentable, soutient l’homme d’affaires.

Immeuble sur stationnement?

À cela, il faudra ajouter le projet d’édifice que veut construire le promoteur immobilier GM Développement sur le stationnement du Ashton, boulevard Charest. 

«Nous avons complété l’achat du stationnement en fin d’année. On est avancé dans le projet, mais on ne peut donner un échéancier à ce moment», explique la copropriétaire de l’entreprise, Geneviève Marcon. Elle répondait à une information du Soleil selon laquelle des travaux pourraient débuter dès cette année. 

En 2017, Mme Marcon souhaitait que la Ville autorise la construction d’un édifice vitré de 8 à 15 étages. La mouture d’immeuble suggérée à l’époque pourrait avoir changé, avise-t-elle. Mme Marcon n’a pas davantage voulu se prononcer sur le type d’usage —résidentiel, commercial, institutionnel ou mixte— du futur bâtiment. «Chose certaine, on veut y faire quelque chose. On n’a pas acheté le stationnement pour rien n’y faire», conclut-elle.