Si les Canadiens ne respectent pas les consignes du gouvernement fédéral pour freiner la propagation du coronavirus, il pourrait intervenir pour serrer la vis.

Trudeau demande aux Canadiens de «rester chez eux»

OTTAWA — Malgré le beau temps, Justin Trudeau demande aux Canadiens de «rester chez eux». Et s’ils décident d’aller dehors, ils devraient respecter la distance sociale recommandée de deux mètres.

Si les Canadiens n’adhèrent pas à ces consignes qui visent à freiner la propagation de la COVID-19, le gouvernement fédéral pourrait intervenir pour serrer la vis.

Les provinces ont annoncé, tour à tour, des mesures plus strictes sur leur territoire, allant de la fermeture de lieux publics à des amendes salées ou des arrestations en cas de rassemblements.

Malgré tout, des publications sur les réseaux sociaux montrent des personnes qui sortent dehors, en groupe, défiant ainsi ces interdictions.

«On a tous et chacun la capacité d’aplatir cette propagation, de protéger nos communautés et il faut absolument le faire», a déclaré M. Trudeau, en point de presse quotidien devant sa résidence.

«Je comprends que les gens apprécient la fin de l’hiver et le beau temps qui s’en vient, mais les gens peuvent aller dehors en se gardant une distance les uns des autres, en évitant les rassemblements», a-t-il ajouté.

Pour l’instant, il n’est pas question d’invoquer la Loi sur les mesures d’urgence. M. Trudeau a dit qu’elle sera nécessaire seulement s’il estime avoir épuisé tous les autres recours sur le plan provincial et territorial.

«On n’est pas rendus à ce point-là, mais on est en train de veiller attentivement pour voir si on va y arriver», a-t-il dit.

La réponse de sa ministre de la Santé, Patty Hajdu, laissait moins place à l’interprétation : «Laissez-moi être parfaitement claire : nous allons utiliser tous les outils dans notre boîte à outils, au niveau fédéral, pour assurer le respect [ des indications]», a-t-elle martelé.

Snowbirds

Puis, s’adressant aux snowbirds («retraités migrateurs») et autres voyageurs qui reviennent de l’étranger, elle a lancé un appel sans équivoque. «Quand on dit que vous devez rester à la maison pour 14 jours, vous restez à la maison pour 14 jours. Vous n’allez pas acheter des courses, vous n’allez pas visiter vos voisins ou vos amis. Vous vous reposez chez vous pendant 14 jours, sans exception», a-t-elle dit.

Mme Hajdu n’est pas allée aussi loin que le directeur national de la santé publique du Québec, Horacio Arruda qui, sept jours plus tôt, ordonnait aux Québécois de respecter les consignes pour freiner la propagation du virus.

«J’espère qu’on n’aura pas à leur ordonner [de le faire]», a laissé tomber la ministre.

Plus d’uniformité?

Alors que les Territoires du Nord-Ouest ferment leur frontière, que la Nouvelle-Écosse interdit les rassemblements de plus de cinq personnes et que le Québec ordonne même la fermeture des centres commerciaux, Ottawa devrait-il mettre des balises claires pour s’y retrouver?

Mme Hajdu dit que des «standards uniformes» sont peut-être à prévoir à travers le pays, pas seulement pour les tests médicaux, mais également pour la surveillance et la collecte des données. Ça inclut aussi les avis de santé publique et la communauté, ajoute-t-elle.

«Nous n’allons pas hésiter à intervenir, si nous le devons, pour fournir une orientation plus solide et des mesures plus robustes pour assurer de l’uniformité à travers le pays», a-t-elle indiqué.

«Nous savons que diverses provinces ont des problèmes et des défis qui varient, mais aussi des atouts et des forces. Ce que nous essayons de faire est de nous assurer d’avoir une approche unifiée à travers le pays au moment où nous amorçons une nouvelle semaine», a précisé la ministre.

Rapatriements en cours

Des milliers de Canadiens à l’étranger sont revenus ou sont sur le chemin du retour.

Le ministre des Affaires étrangères, François-Philippe Champagne, a confirmé dimanche qu’il travaille avec des compagnies aériennes pour sécuriser des vols commerciaux au Pérou, en Espagne, au Maroc, en Équateur, au Salvador, au Guatemala et au Honduras.

En fin d’après-midi, M. Champagne a annoncé qu’il s’est assuré de la collaboration de Cuba, de l’Équateur et de l’Uruguay pour les Canadiens qui souhaitent rentrer au pays.

La compagnie Sunwing a annoncé 30 vols de rapatriement dans la journée de dimanche seulement, ramenant ainsi 5000 Canadiens chez eux.

De lundi à mercredi, la compagnie WestJet prévoit 34 vols de rapatriement pour aider les Canadiens à rentrer chez eux de destinations internationales.

Air Transat, de son côté, travaille avec Affaires mondiales Canada pour obtenir des permissions spéciales pour voler là où l’espace aérien est fermé, a confirmé M. Trudeau.

Samedi, tard en soirée, 444 Canadiens qui étaient au Maroc sont arrivés à Montréal à bord d’un vol commercial d’Air Canada. La société a confirmé dimanche après-midi que deux autres vols de Casablanca sont prévus les 23 et 25 mars.

Nouveaux cas

Au Canada, il y avait plus de 1400 cas confirmés de personnes atteintes de la COVID-19 et 20 personnes en sont décédées, selon les données offertes dimanche midi par le sous-administrateur en chef de la santé publique du Canada Howard Njoo (voir tableau).

Le Québec compte maintenant 219 cas, une augmentation de 38 nouveaux cas depuis samedi. Le premier ministre François Legault attribue cette hausse à une accélération des tests pour détecter la COVID-19.

L’Ontario compte 48 nouveaux cas dans la province. Elle en recense désormais 425. Les autorités ont mentionné que deux femmes âgées de la vingtaine figuraient parmi ceux qui étaient atteints de la maladie. En fin de journée, les autorités ont annoncé un cinquième décès dans la province.

+

LA CHAMBRE RAPPELÉE MARDI

Un plus petit nombre de députés sera rappelé mardi, dès midi, à la Chambre des communes pour adopter les mesures économiques d’urgence annoncées par le gouvernement Trudeau.

Ainsi, ce sont 14 libéraux, 11 conservateurs, 3 bloquistes, 3 néodémocrates et un vert qui siégeront ce jour-là pour un court débat. Il est prévu que le projet de loi soit adopté en fin d’après-midi.

Le Sénat siégera le lendemain, avec un nombre restreint de sénateurs, et le projet de loi devrait recevoir la sanction royale le jour même, prévoit Pablo Rodriguez, leader parlementaire du gouvernement.

Le gouvernement fédéral entend verser 27 milliards $ en aide directe pour les travailleurs et les entreprises touchés par la COVID-19, en plus de laisser jusqu’à 55 milliards $ en marge de manœuvre aux Canadiens avec le report des impôts.

Les travaux de la Chambre des communes ont été suspendus jusqu’au 20 avril, mais il n’est pas «impossible» que les députés soient rappelés une fois de plus pour adopter d’autres mesures selon M. Rodriguez.