«Je pense que c’est le temps que la CAQ arrête de jouer au plus fin avec les électeurs de Québec et montre son projet de troisième lien», a exprimé Jean-François Lisée en entrevue au Soleil en compagnie de la députée de Taschereau Agnès Maltais.

Troisième lien: Lisée veut un plan chiffré de la CAQ

EXCLUSIF / Le chef du Parti québécois (PQ) Jean-François Lisée met la Coalition avenir Québec (CAQ) au défi. S’ils sont «sérieux», les caquistes doivent expliquer, chiffres à l’appui, à quel point un troisième lien entre Québec et Lévis va décongestionner les routes.

En entrevue au Soleil en compagnie de la députée de Taschereau Agnès Maltais, M. Lisée explique que les péquistes ont réussi à faire un tel exercice en proposant le Grand déblocage des routes à Montréal. Ce projet de transport collectif présenté il y a deux semaines s’oppose au Réseau express métropolitain (REM) et coûterait 7,4 milliards $. Le PQ estime qu’il réduira ainsi la congestion de 10 % en quelques années dans la grande région montréalaise.

«On a montré les tracés, on a montré les budgets, on a montré l’échéancier, le cadre financier. Alors là, je pense que c’est le temps que la CAQ arrête de jouer au plus fin avec les électeurs de Québec et montre son projet de troisième lien», exprime M. Lisée. 

Le chef péquiste est conscient qu’un tel exercice n’est pas «facile» à réaliser, mais que «si le Parti québécois est capable de le faire pour Montréal, dans une situation beaucoup plus complexe, il me semble que c’est la moindre des choses». 

«Qui aujourd’hui peut parler avec la CAQ de leur projet de troisième lien sérieusement? Personne. On n’a rien dans les mains», déplore quant à elle Mme Maltais. 

Le chef du PQ estime que la CAQ a «un très gros déficit de sérieux» dans ce dossier, quand son chef François Legault dit qu’il va commencer la construction avant la fin d’un premier mandat et qu’il le fera «coûte que coûte».

M. Lisée réitère qu’il n’est pas contre un projet de troisième lien routier, mais qu’il est «sceptique» quant à son utilité. «On voit pas comment un troisième lien va réduire la congestion, on pense que ça pourrait l’augmenter. Mais on s’en remet aux experts.»

Difficile de le payer

S’il devient premier ministre le 1er octobre, M. Lisée soutient qu’il laissera le bureau de projet finir son travail «de façon indépendante», sans «pression politique».

Sauf que si le bureau lui recommande de construire un nouveau pont ou un tunnel entre les deux rives, il n’est pas certain que son gouvernement aura les moyens de le payer seul. Ce type de projet n’est pas admissible à l’aide du fédéral. 

«On ne cache pas aux gens de Québec qu’il y a une grave difficulté pour le cadre financier. Ça, c’est une réalité que Leitão assume, que les libéraux essaient de cacher et que la CAQ essaie de nier.»

M. Lisée estime que le ministre des Finances Carlos Leitão a dit «une vérité que le Parti libéral ne voulait pas dire» lors du huis clos du budget. Soit que le Plan québécois des infrastructures (PQI) est rempli à pleine capacité pour les 10 prochaines années. 

«On fait le pari de la franchise, de la vérité et du sérieux, parce qu’on sait que les électeurs de Québec, ils n’aiment pas les gens qui essaient de les enfirouaper avec des promesses irréalistes.»

Jean-François Lisée n’a pas l’intention de présenter un projet de Grand déblocage pour la région de Québec. Parce qu’il estime que le projet de transport structurant présenté par le maire de Québec est suffisant. «Régis Labeaume a présenté le projet de grand déblocage pour Québec. Il en manque un bout, c’est l’interconnexion vers Lévis», pour laquelle le PQ prévoit des sommes supplémentaires. 

La réaction de la CAQ à ce projet dont la colonne vertébrale est un tramway a toutefois laissé M. Lisée perplexe. Le député Éric Caire a soutenu qu’il ne voulait pas mettre un sou de plus que prévu dans le projet. «M. Caire a dit : “Il faut piger dans le 3 milliards $ pour faire l’interconnexion [avec Lévis].” Alors il faut qu’il nous dise combien de stations de tramway il y aura de moins, combien il veut en retirer», lance M. Lisée. 

Mme Maltais croit que les experts du bureau de projet sur le troisième lien devront désormais tenir compte de l’impact du tramway à Québec. «Est-ce que c’est suffisant comme délestage de la congestion pour faire que les gens réalisent qu’ils n’ont peut-être plus besoin d’un troisième lien? C’est au bureau d’opportunité, c’est au bureau de projet à nous le dire.»