Se présentant seul devant les médias, le maire Gilles Lehouillier a eu de bons mots pour le maire Régis Labeaume. «Je suis resté surpris. Il a fait preuve aujourd’hui d’une belle ouverture», a-t-il déclaré.

Troisième lien: Lehouillier sort rassuré de la rencontre politique

Le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, considère avoir fait «un pas dans la bonne direction» à l’issue d’une rencontre politique sur le troisième lien au cours de laquelle il a obtenu l’élargissement du comité consultatif et des précisions sur l’intention ferme du gouvernement Couillard de prioriser la construction d’un pont ou d’un tunnel.

M. Lehouillier a rencontré seul les journalistes à la sortie de la réunion qu’il réclamait depuis des semaines avec les ministres libéraux et le maire de Québec.

«La première bonne nouvelle est que ça devient un dossier régional plutôt qu’un dossier ville avec la participation élargie des représentants de la Communauté métropolitaine de Québec et des MRC de Chaudière-Appalaches», a lancé le maire, tout sourire. 

Dorénavant, ils pourraient être jusqu’à 12 élus municipaux à participer au comité consultatif, en plus des ministres Véronique Tremblay, déléguée aux Transports, Sébastien Proulx, responsable de la Capitale-Nationale et Dominique Viens, responsable de Chaudière-Appalaches.

«La seconde bonne nouvelle est qu’il y a une volonté ferme de réaliser un lien autoroutier sous forme d’un tunnel ou d’un pont», se réjouit encore M. Lehouillier. Depuis la création du Bureau de projet sur un troisième lien, il craignait que le gouvernement privilégie divers moyens pour améliorer le trafic comme l’amélioration du transport en commun, la synchronisation des feux de circulation, l’ajout d’un traversier ou l’élargissement d’une voie d’accès avant même de faire valoir la construction d’un pont ou d’un tunnel. 

Bien que le maire voit un problème à ce que ces solutions soient encore à l’étude, il a obtenu l’assurance par écrit que le devis pour l’étude d’opportunité «analyse, en priorité, l’implantation de ce nouveau lien». 

«On reste sur notre appétit, mais pour l’ouverture sur le comité [l’élargissement], bravo à la ministre», a félicité M. Lehouillier.

«Belle rencontre»

«On a eu une belle rencontre, a confirmé la ministre Tremblay, qui s’est adressé à la presse en compagnie de son collègue le ministre Proulx et le maire de Québec. Par rapport au troisième lien, il [M. Lehouillier] souhaitait qu’on précise un lien autoroutier. C’était très clair pour nous. Même si ça ne fait je ne sais plus combien de fois qu’on l’a mentionné, mais on va le repréciser [sic]. On veut la construction d’un troisième lien autoroutier qui va favoriser la fluidité de la circulation», a-t-elle martelé. 

Cependant, elle tient toujours à conserver dans l’étude l’analyse de solutions autres que la construction d’un nouveau lien routier. «Si on nous recommande autre chose en attendant la construction, on va le faire», ajoute la ministre.

Lors de sa mêlée de presse, le maire Lehouillier a eu des bons mots pour son homologue de la rive nord avec qui les relations sont tendues depuis plusieurs mois. «M. Labeaume est d’une très belle collaboration avec le gouvernement. Je suis resté surpris. Il a fait preuve aujourd’hui d’une belle ouverture.»

«Totalement d’accord»

Le principal intéressé ne semblait pourtant pas l’être outre mesure lorsque questionné sur les résultats de la rencontre. «Moi, j’étais parfaitement d’accord avec l’élargissement du comité. Pour le reste, la Ville de Lévis avait des demandes au gouvernement. La Ville de Québec est totalement d’accord avec le gouvernement. Voilà.»

M. Labeaume a brièvement commenté le sondage publié plus tôt cette semaine où 78 % des personnes interrogées disaient être pour un troisième lien. «C’était prévisible. J’aurais pu vous donner les résultats au début. Si vous demandez à quelqu’un s’il veut aller à Paris, 98 % du monde va dire oui. Et si vous ajoutez le prix, ça va baisser.»