Depuis l'annonce de l'élargissement de l'autoroute Henri-IV, lundi matin, le ministre Blais ne parle plus du troisième lien au conditionnel, mais au futur. Selon lui, c'est une évidence que le bureau de projet du troisième lien, officialisé cet été, débouchera sur un projet concret.

Troisième lien: il y en aura un, affirment Lessard et Blais

Il y aura un troisième lien routier entre Québec et Lévis, affirment désormais en choeur le ministre des Transports du Québec et son collègue responsable de la Capitale-Nationale. Laurent Lessard et François Blais n'ont toutefois pas d'échéancier ni de budget à proposer, pas même de localisation pour cet ouvrage dont ils ne savent pas, d'ailleurs, s'il prendra la forme d'un pont ou d'un tunnel.
Depuis l'annonce de l'élargissement de l'autoroute Henri-IV, lundi matin, le ministre Blais ne parle plus du troisième lien au conditionnel, mais au futur. Selon lui, c'est une évidence que le bureau de projet du troisième lien, officialisé cet été, débouchera sur un projet concret.
Le ministre des Transports a marché à sa suite, mercredi, alors qu'il était interrogé par les journalistes en marge du conseil des ministres. Précisant qu'il faudra faire un choix entre un pont ou un tunnel, M. Lessard a été formel à l'effet qu'il y avait un engagement de son parti à réaliser un troisième lien. «La population veut le savoir ça serait quoi et ça coûterait combien, après on verra si on a les moyens de ça», a-t-il ajouté.
Questionné par la suite, M. Blais a réaffirmé qu'«il va y en avoir un» troisième lien. Pour lui,  «rien de nouveau là». «Il va y en avoir un, mais c'est un sujet complexe par la suite. Où il va être exactement, à quelles fins, quelles populations il va desservir. Il y a beaucoup de questions qui sont ouvertes. C'est pour ça qu'on a toujours été prudents dans les propos, mais c'est inévitable qu'il y a un troisième lien», a-t-il développé.
Le ministre libéral a aussi ramené la question des coûts sur le tapis. Il importe selon lui de savoir «combien ça va coûter, est-ce qu'on va être capable de faire quelque chose à un prix raisonnable». Un tunnel à 4 milliards $ tel qu'estimé par le professeur Bruno Massicotte? M. Blais laisse entendre que ce serait trop cher.   
Relancé sur cette question sensible du troisième lien, l'attaché de presse du ministre Lessard n'a pas souhaité en remettre. «Notre seul commentaire sera que le bureau de projet continue son travail dans le but de documenter et d'explorer les solutions pour la réalisation d'un troisième lien. Nous travaillons à trouver des solutions à court, moyen et long termes aux problèmes de congestions à Québec et Lévis», a souligné Mathieu Gaudreault.  Avec Jean-Marc Salvet