Régis Labeaume

Troisième lien: «Il faut être réaliste», dit Labeaume

«Le troisième lien ne pourra pas se réaliser si vite», a averti le maire de Québec, Régis Labeaume, vendredi. Sans viser spécifiquement la Coalition avenir Québec (CAQ), qui a promis la semaine dernière de lancer le projet d’ici 2022, le maire a voulu freiner les ardeurs.

M. Labeaume estime qu’un projet de tunnel sous-fluvial entre Québec et Lévis commande des études géotechniques «énormes» et que les études environnementales, exigées par le gouvernement fédéral, pourraient retarder le projet. Par exemple, le Port de Québec travaille depuis sept ans son dossier environnemental, nécessaire à son expansion. «Vous ne jouez pas dans le fleuve sans passer par l’autorité environnementale fédérale.»

M. Labeaume réitère qu’il est pour un troisième lien, mais que ce projet viendra nécessairement après la réalisation d’un tramway à Québec. «Quand je dis qu’on veut les deux, je le dis encore. C’est juste qu’il faut être réaliste. Juste ça [les études environnementales], c’est des années de travail sur lesquelles le gouvernement du Québec n’a pas de poignée.»

Le maire s’est toutefois réjoui qu’à l’aube d’une campagne électorale provinciale, les partis courtisent la capitale et s’engagent à financer des projets de transport. «C’est magnifique.»

M. Labeaume présentera bientôt le projet de transport structurant qu’il souhaite pour sa ville, mais il n’est toujours pas question qu’il s’arrime avec les autobus de Lévis. La Ville s’est retirée du projet de Service rapide par bus l’an dernier.

«Le tramway ira pas à Lévis, oubliez ça. On recommencera pas à jouer dans ce film-là […] Moi, je travaille pour Québec.»