Kristof Pons Dion, 20 ans, sans antécédent judiciaire, a reconnu avoir vécu des fruits de la prostitution d’une jeune femme mineure.

Trois ans de prison pour un proxénète

Avec ses traits délicats, sa voix douce et ses prétendus mots d’amour, Kristof Pons Dion a pris Amy*, 17 ans, dans ses filets et l’a amenée à se prostituer pour lui. Ce crime lui vaut trois années de prison.

Le jeune proxénète de 20 ans, sans antécédent judiciaire, a reconnu mardi avoir vécu des fruits de la prostitution d’une jeune femme mineure.

Kristof Pons Dion a rencontré Amy en 2016 lorsque cette dernière profitait de sorties du centre jeunesse où elle était placée.

Lorsque la jeune fille faisait des fugues, c’est aussi chez celui qu’elle appelait «Kris» qu’elle trouvait refuge.

Kristof Pons Dion prétendait être amoureux, affirmait qu’elle était la femme de sa vie.

Un soir de fête à l’appartement de Pons Dion, des convives prennent des photos érotiques d’Amy.

La jeune femme apprend par la suite que les photos se retrouveront sur le Web, dans des publicités pour des services sexuels.

À cette époque, Amy perd son emploi. Kristof Pons Dion la fait travailler comme courrier pour des transactions de drogue et la fournit en cannabis.

Au printemps 2017, Amy commence à se prostituer. Une amie de Kristof Pons Dion a réservé des chambres au motel Monte-Cristo du boulevard Hamel. Amy se fait offrir des vêtements choisis pour séduire les clients.

Les visiteurs se présentent les uns après les autres. Amy doit demander l’argent avant le service sexuel et remet la somme à Pons Dion. À un moment, Amy manifeste son désaccord. Pons Dion lui donnera des coups de pied.

Le 14 mars 2018, Amy atteint sa majorité et quitte le centre jeunesse. Le jour même, elle contacte Kristof Pons Dion, en lui disant qu’elle ne sait pas trop quoi faire de sa nouvelle liberté.

Pons Dion lui propose de venir le rejoindre à Toronto. Il affirme vivre dans une maison de luxe. Le jeune homme répète à Amy qu’il l’aime.

Amy s’achète un billet d’autobus avec de l’argent envoyé par le proxénète.

Elle emménage dans le condo où vit Pons Dion avec des amis et un bébé de moins d’un an.

Pendant plus d’une semaine, Amy va devoir enchaîner les clients, parfois jusqu’à 10 par jour.

Fatiguée, elle tente de convaincre Pons Dion de la laisser tranquille. Ce dernier va la serrer à la gorge pour la forcer à continuer.

Le 29 mars, les policiers torontois interviennent pour récupérer le bébé. Ils vont du coup découvrir la jeune prostituée et Kristof Pons Dion est arrêté. Malgré son dossier judiciaire vierge, il n’a jamais réussi à obtenir sa remise en liberté durant les procédures.

Amy aussi a été arrêtée pour d’autres épisodes où elle aurait agi à son tour comme proxénète. Elle est présentement incarcérée, en attente de son procès.

Entrave à la justice

Le 23 août, Amy se retrouve dans le même fourgon cellulaire que Kristof Pons Dion pour se rendre au palais de justice. À travers le grillage, Pons Dion interpelle Amy. Il promet de lui faire remettre de l’argent à la cantine des détenus. «Pourquoi tu fais ça? Arrête tout ça, supplie doucement le proxénète. Tu sais que je t’aime! Je vais toujours t’aimer; tu es la femme de ma vie.»

Le jeune homme a aussi plaidé coupable à cette entrave à la justice.

Le juge Jean-Louis Lemay a accepté d’entériner la peine suggérée par l’avocate de défense Me Marie-Josée Jobidon et la procureure de la Couronne Me Geneviève Lacroix, soit trois ans de pénitencier.

Le crime d’avoir vécu des fruits de la prostitution juvénile valait à lui seul une peine minimale de deux ans.

* Prénom fictif