Sylvain Provençal a cofondé le Club Mustang Québec en 1989 avec Gérald Doyon, aujourd’hui décédé.

Trente ans de Mustang pour le club de Québec

L’Exposition internationale d’autos de Lévis tenait son deuxième rassemblement estival, samedi, dans le secteur Saint-Étienne. La vedette de cette réunion : le Club Mustang Québec, qui fête ses 30 ans cette année.

Sylvain Provençal a cofondé le Club Mustang Québec en 1989 avec Gérald Doyon, aujourd’hui décédé. D’une cinquantaine de membres il y a 30 ans, près de 300 partisans forment aujourd’hui le club. Des passionnés d’automobiles âgés de 16 à 93 ans. 

«Montréal Mustang avait cessé ses activités, raconte Sylvain Provençal. Plus aucun club de Mustang n’existait dans la province. Nous sommes devenus un organisme à but non lucratif en 1989.»

Avant d’emprunter l’appellation «Mustang», le comité exécutif du club a dû écrire à Ford pour l’utilisation du nom de sa marque. 

Vin, bière, chandail ou manteau, il est aujourd’hui possible de se procurer une foule d’objets à l’effigie de la marque. 

«Les expositions de véhicules ont débuté au début des années 2000», explique M. Provençal. Pour célébrer le trentième anniversaire du club, quelque 800 véhicules étaient attendus sur place.

Pour célébrer le trentième anniversaire du club, quelque 800 véhicules étaient attendus sur place.

Mustang inclusif

Pour se procurer une Mustang, il faudra débourser quelque 35 000 $, indique Sylvain Provençal. Alain Lehoux, le membre le plus «imposant» du club, en possède 26. «En seulement 10 ans, il s’est monté une belle collection.»

Les sorties de groupes, d’une vingtaine de véhicules, se font dans le respect des règles de conduite et des limites de vitesse. «Nous ne voulons pas déranger les automobilistes», fait valoir Michel Lévesque, directeur des communications de l’organisation.

Et le Club Mustang Québec en est un inclusif. Peu importe le nombre de cylindres dans le moteur, personne n’est regardé de haut. «Les commentaires négatifs sur les médias sociaux ne sont pas tolérés. Après un avertissement, les membres sont retirés des groupes de discussion», précise M. Lévesque 

Après plusieurs années à travailler dans les concessionnaires automobiles, Sylvain Provençal vit aujourd’hui de sa passion. Chez Mustang International, son entreprise, il veille à restaurer de vieux modèles de la marque, entre 1965 à 1973.