Quelque 150 personnes ont manifesté devant l’Assemblée nationale à Québec pour rappeler au gouvernement Legault qu’une réponse est attendue dans le dossier du traversier <em>L’Héritage 1</em>, qui assure la liaison entre Trois-Pistoles et Les Escoumins.

Traverse Trois-Pistoles–Les Escoumins: 150 personnes manifestent devant le Parlement

À la veille du dépôt du budget provincial, quelque 150 personnes ont manifesté devant l’Assemblée nationale à Québec, lundi, pour rappeler au gouvernement Legault qu’une réponse est attendue dans le dossier du traversier L’Héritage 1, qui assure la liaison entre Trois-Pistoles et Les Escoumins. Depuis l’automne dernier, le comité Sauvons L’Héritage demande 5,5 millions $ pour rendre le bateau conforme aux normes.

Deux autobus de manifestants ont convergé vers l’esplanade, l’un en partance de Trois-Pistoles, l’autre de Montréal avec, à son bord, des représentants du Seafarers International Union (SIU), dont font partie les employés de la Compagnie de navigation des Basques, qui gère la traverse. 

Les députés Harold LeBel du Parti québécois et Ruba Ghazal de Québec solidaire ont pris part au point de presse. Le comité de sauvegarde a déposé une pétition contenant 6194 signatures, représentant ainsi les deux tiers de la population des Basques.

Le député de la circonscription Rivière-du-Loup–­Témiscouata, dont fait partie la MRC des Basques, a réagi par voie de communiqué. «J’ai rencontré trois membres du groupe le 17 janvier, écrit Denis Tardif. […] Nous leur avons offert d’organiser une rencontre avec le cabinet du ministre des Transports ou le bureau de la ministre régionale, ce que le comité a refusé. Aucune demande de rencontre ou de suivi n’a été faite par le comité [...].»

Le porte-parole du comité Sauvons L’Héritage estime que cette sortie du député «jette de l’huile sur le feu». «Ça fait un mois et demi qu’il s’enferme dans le silence, a déploré Guillaume Legault en entrevue téléphonique. Sa seule sortie est pour condamner une organisation citoyenne de bénévoles, dont plusieurs ont voté pour lui! Ce n’est pas pour donner des nouvelles encourageantes ou de l’espoir, c’est pour essayer de miner la crédibilité de l’organisation! C’est inapproprié.»

Interrogé sur le sujet lors d’un point de presse, le ministre des Transports, François Bonnardel, a indiqué que la Compagnie de navigation des Basques «aurait des bonnes nouvelles bientôt».