«Il y a un troisième navire qui va rentrer en service plus tôt, c’est-à-dire à compter du 1er juin versus le 15 juin les autres années. Donc, la fréquence des traversiers [Tadoussac–Baie-Sainte-Catherine] va être plus abondante durant la période du G7», indique la Société des traversiers du Québec.

Traverse Tadoussac–Baie-Sainte-Catherine: fréquence accrue pendant le G7

Le Sommet du G7 créera des vagues au-delà de La Malbaie où les chefs d’État se réuniront les 8 et 9 juin. Le fédéral a demandé à la Société des traversiers du Québec (STQ) d’accroître la fréquence de la traverse Tadoussac–Baie-Sainte-Catherine donnant accès à la Côte-Nord.

«Ça va changer des choses à Tadoussac», explique au Soleil la conseillère en communications de la STQ, Vicky Boivin. «On s’attend à avoir un plus grand achalandage durant la tenue du [Sommet] du G7. On anticipe plusieurs visiteurs.»

C’est le gouvernement canadien et ses équipes de sécurité qui ont contacté l’organisation étatique québécoise afin de l’inviter à se préparer à faire face à un flot de véhicules plus important qu’à l’accoutumée. Les organisateurs de l’événement seraient toutefois demeurés avares côté détails. 

«On nous dit qu’on va avoir un achalandage accru, mais on n’a pas plus d’informations de ce côté-là», avance Mme Boivin. «Il va y avoir un achalandage accru, mais on ne sait pas pour quelles raisons. Est-ce que c’est la clientèle internationale qui va faire du tourisme? On n’a pas d’informations.»

Troisième navire

Comment la STQ répond-elle à la demande d’Ottawa? «Il y a un troisième navire qui va rentrer en service plus tôt, c’est-à-dire à compter du 1er juin versus le 15 juin les autres années. Donc, la fréquence des traversiers va être plus abondante durant la période du G7. C’est devancé de 15 jours en raison de l’événement.»

À quelle fréquence les bateaux vogueront-ils d’une rive à l’autre? «Ça varie selon la période de la journée. L’horaire est disponible sur le site traversiers.com. Ça varie entre 13 à 20 minutes, 40 minutes.»

Sauf que la tenue du Sommet du G7 pourrait chambouler la grille des départs… Imaginons que la chancelière allemande Angela Merkel décide de s’offrir une virée avec le premier ministre japonais Shinzo Abe pour voir les baleines — un exemple tout à fait fictif, bien sûr. Une «alerte de modification de service» serait alors fort probablement transmise pour avertir qu’une des traversées est annulée. Le convoi des élites internationales pourrait donc passer devant la file des utilisateurs en attente et franchir le Saguenay rapidement, un trajet de 1,6 km qui dure 10 minutes.

Vicky Boivin offre donc une recommandation : «Si j’avais un conseil à donner à la population, ça serait de s’abonner à notre système d’alertes pour connaître en temps réel les modifications de service, l’achalandage et le temps d’attente à la traverse».

Sécurité

C’est que des enjeux sécuritaires devront également être pris en compte, concède Mme Boivin. La Gendarmerie royale du Canada est d’ailleurs partie prenante dans ce dossier. 

«La traverse est conforme au Règlement sur la sûreté des traversiers intérieurs et ça semble répondre aux besoins du Groupe intégré de la sécurité [GIS-GRC] pour l’organisation du G7.» Ce règlement édicte notamment comment se conformer aux normes MARSEC (Maritime Security). Celles-ci comptent trois niveaux, chacun affichant des directives quant aux mesures à mettre en place et à l’effectif à déployer pour assurer la sécurité des installations et des utilisateurs. Selon que le niveau 1, 2 ou 3 soit appliqué, il est question : de caméras, de fouilles des navires, de patrouilles, de prévention des accès non autorisés, d’empêcher quelqu’un d’approcher le traversier par l’eau… 

Dans les cas les plus dangereux, au niveau MARSEC 3, l’accès au bateau est très limité, voire interdit; chaque passager est scruté; le navire est également utilisé en priorité par le «personnel d’intervention d’urgence qui intervient à la suite d’une menace contre la sûreté ou d’un incident de sûreté».

Puisque la STQ applique ces règles, il n’est pas dans les plans d’embaucher, par exemple, des agents de sécurité. «Notre personnel est déjà formé adéquatement.»

Pour recevoir les alertes de la STQ, visitez le www.traversiers.com. Là, cliquez sur «Nos traverses, horaires, tarifs et +». Vous pourrez choisir la «Traverse Tadoussac–Baie-Sainte-Catherine». L’horaire de juin y est affiché. Et, en regardant à droite de l’écran, vous pourrez vous abonner aux alertes que vous recevrez soit sur le cellulaire, soit via le courriel.

Ce traversier est gratuit. Il est classé «service essentiel» puisqu’il est le prolongement de la route 138 menant à la Côte-Nord.