Les travaux réalisés sur la route de l’Église qui se refait une beauté «verte» de 13,6 millions $ entre le chemin des Quatre-Bourgeois et le boulevard Hochelaga, provoquent une chute du chiffre d’affaires des commerces environnants.

Travaux sur la route de l’Église: Québec 21 réclame une aide compensatoire aux commerçants

Le chef de Québec 21, Jean-François Gosselin, reproche à l’administration Labeaume son inaction alors que des commerçants de la route de l’Église attribuent aux travaux majeurs en cours d’importantes pertes financières encourues. Le propriétaire du resto-bar Le Shack a même annoncé la fermeture de son commerce après 24 ans d’existence.

«Je demande à Régis Labeaume de trouver des mesures pour aider les commerçants à traverser cette période difficile», a lancé le chef de l’opposition officielle à l’hôtel de ville au milieu de la poussière et du bruit ambiant de la route de l’Église.

Les travaux réalisés sur l’artère qui se refait une beauté «verte» de 13,6 millions $ entre le chemin des Quatre-Bourgeois et le boulevard Hochelaga, provoquent une chute du chiffre d’affaires des commerces environnants.

«C’est normal de faire des travaux importants, mais je ne comprends pas que des commerçants aient de la misère à traverser cette période de travaux, soutient M. Gosselin. On aurait dû travailler en amont. La Ville doit mettre de l’avant une compensation financière ou un programme de crédit de taxes», suggère-t-il.

Le 19 juillet, le propriétaire du Shack, Mathieu Girard, annonçait sur Facebook la fin de son commerce. «C’est avec beaucoup de chagrin, de tristesse et d’amertume que j’annonce la fermeture du resto-bar Le Shack dans les prochains jours. Les travaux incessants depuis les sept dernières années [pas tous attribuables à la Ville] devant le commerce seront finalement venus à bout de moi et je dois penser à ma santé. Je souhaite la meilleure des chances aux commerçants de la route de l’Église pour le temps de travaux pour la prochaine année», écrivait-il.

Pour M. Gosselin, cette situation n’augure rien de bon pour la construction de la ligne de tramway de 23 km. «On nous parle déjà d’un projet de tramway. Qu’est ce que ça va être? Est-ce qu’on va traiter sauvagement nos commerçants de la même façon que les commerçants ici», questionne-t-il. À ce sujet, il faut dire que le maire a déjà confirmé la mise en place d’un programme de compensation.

«Tous les travaux majeurs à venir dans la Ville de Québec que ça soit pour le tramway ou des travaux sur des rues commerciales, il faut intégrer des programmes de compensation.»

Pas de compensation

À la Ville, on rappelle que des travaux majeurs sont réalisés chaque année dans différents secteurs. «On a refait les trottoirs de la rue Saint-Jean, le chemin de la Canardière et la Grande Allée sans offrir une compensation financière. Ce genre de travaux n’est pas inhabituel», illustre la conseillère en communication, Wendy Whittom.

Elle ajoute que les commerçants de la route de l’Église ont été rencontrés en février et que des mesures de mitigation ont été mises en place. «La Ville est consciente de l’impact des travaux routiers sur les commerces. Dans le cas de la route de l’Église, nous avons mis en place plusieurs moyens afin de diminuer le plus possible les inconvénients : distribution d’un dépliant informatif à propos des travaux aux résidants et commerçants à la fin avril; accès maintenu en tout temps aux commerces; circulation automobile conservée dans les deux directions; et un représentant de la Ville présent en tout temps sur le chantier et en contact constant avec les commerçants», énumère-t-elle.

Les travaux de réaménagement débuté au printemps se termineront à la fin de l’année 2019. Des travaux de finition seront complétés au printemps 2020.