Le maire de Sorel-Tracy, Serge Péloquin

Transport fluvial: le maire de Sorel-Tracy invite à questionner le fédéral

Le maire de Sorel-Tracy, Serge Péloquin, incite les maires des villes riveraines du Saint-Laurent à exprimer publiquement leurs craintes et leurs insatisfactions quant à la sécurité du transport fluvial. Depuis sa propre sortie médiatique, le fédéral répond à toutes les questions.
Le 6 octobre, le conseil municipal de Sorel-Tracy a adopté unanimement une résolution réclamant un renforcement des mesures de sécurité sur le fleuve Saint-Laurent et la mise en place de plans d'urgence en cas de déversement de pétrole. Le texte a été transmis aux premiers ministres du Canada et du Québec et le maire en a parlé dans les médias dans les jours suivants.
La fin de semaine dernière, le bureau du premier ministre canadien a communiqué avec M. Péloquin pour organiser une conférence téléphonique avec une série de fonctionnaires responsables des dossiers du transport et de la sécurité maritime. Mercredi, une partie de ces personnes influentes sont venues d'Ottawa, de Québec et de Montréal pour répondre à toutes les questions de la municipalité. Encore vendredi matin, des enveloppes épaisses remplies de documents parvenaient à l'hôtel de ville.
«On a appris des choses pertinentes et importantes», n'hésite pas à dire le maire, ravi du service offert par le fédéral. Il connaît maintenant les mesures de contrôle des navires transportant des matières dangereuses, sait quelles ressources et quels équipements sont accessibles dans sa région en cas de déversement et la séquence d'intervention - qui fait quoi. Ses propres services d'urgence ont déjà commencé à traiter cette information pour ajuster leurs procédures.
«Grâce à la position qu'on a prise, l'inquiétude qu'on a signalée via les médias, on a eu toutes les réponses. J'invite les villes riveraines du fleuve à faire la même chose, poser les bonnes questions et je suis certain qu'elles auront les réponses», a déclaré vendredi M. Péloquin lors d'une entrevue téléphonique au Soleil. Au fédéral, il a bien fait savoir que les communications devaient être améliorées.
Le maire de Sorel-Tracy ne veut pas voir dans ce traitement royal le signe d'un jeu politique. Il croit en la bonne foi des intervenants. «Personne n'a avantage à ce qu'un accident arrive», lance-t-il.
Superpétroliers
Le quai de Kildair à Sorel-Tracy est le premier à accueillir des superpétroliers qui chargent du pétrole brut des sables bitumineux de l'Ouest canadien et l'exportent par le fleuve Saint-Laurent. Le prochain navire attendu, le Genmar Daphne, est toujours ancré au large de l'île d'Orléans, sous le coup d'une interdiction de départ émise dimanche par Transports Canada. La pompe à incendie d'urgence doit être réparée avant qu'il ne poursuive sa route, ce qui doit être fait dans les prochains jours.