La coalition estime qu'il faudrait donc construire un tunnel qui relierait la basse-ville à la colline parlementaire afin d'augmenter la capacité du transport collectif.

Transport en commun: une coalition recommande un tunnel au centre-ville

La construction d'un tunnel entre la basse-ville de Québec et la colline parlementaire pour y améliorer la capacité du transport collectif est l'un des sept chantiers prioritaires identifiés mardi par une coalition composée de groupes environnementaux, d'utilisateurs du transport en commun et d'experts.
La coalition, dont font partie Accès Transports Viables, le Conseil régional de l'environnement de la Capitale nationale, Équiterre, la Fondation David-Suzuki, les Jeunes de Québec pour la mobilité durable, Transport 2000 et Vivre en Ville, a déposé sa proposition de sept chantiers pour compléter le réseau de transport en commun de Québec à l'occasion des consultations publiques menées par la Ville suite à l'abandon du projet de service rapide par bus (SRB).
La coalition estime que la capacité d'attraction du centre-ville est compromise par son accès rendu plus difficile par l'augmentation de la circulation automobile. Elle estime que deux voies réservées, même en site propre intégral, ne suffiraient pas aux besoins. Il faudrait donc construire un tunnel qui relierait la basse-ville à la colline parlementaire afin d'augmenter la capacité du transport collectif.
La desserte interrives figure aussi parmi les sept chantiers en raison du fort développement de la rive sud du fleuve au cours des dernières décennies et de l'intégration territoriale croissante entre les deux rives.
«Desservir la rive sud est nécessaire pour optimiser les réseaux de transport, aussi bien les véhicules et les voies utilisées par le transport collectif que les infrastructures occupées par les flux automobiles», indique la coalition dans la fiche technique des chantiers.
La coalition réclame également la mise en place de lignes prioritaires sur le plateau Québec-Sainte-Foy, principal corridor de déplacements, sur le corridor de la basse-ville qui souffre d'un déficit de desserte en transport collectif et sur la desserte reliant Lebourgneuf et le centre-ville, où le transport collectif est à l'heure actuelle une option peu attrayante.
Les deux autres chantiers proposés sont une augmentation significative de la capacité du transport collectif dans le pôle Sainte-Foy sur plusieurs axes, notamment Laurier et Hochelaga, et le redéveloppement du secteur Place Fleur-de-Lys et Pierre-Bertrand, dont le potentiel n'a pour l'instant pas pu être mis à profit.