Régis Labeaume a admis que ça devenait compliqué de faire progresser le projet de tramway.

Tramway: «Qu’ils s’entendent et qu’ils nous sacrent patience», dit Labeaume

Le maire de Québec avait du mal à contenir son mécontentement, lundi, en présence d’un député de la Coalition avenir Québec sur la chicane fédérale-provinciale autour du financement du projet de tramway.

«C’est ça qui me fatigue actuellement. C’est ce projet-là. Dans toute mon affaire [diagnostic de cancer], c’est ça que je trouve achalant. Il faudrait que ça se règle.»

Régis Labeaume répondait alors à une question d’un journaliste sur ses attentes des budgets fédéral et provincial déposés mardi et jeudi de cette semaine, en marge d’une conférence de presse sur une subvention de 1,3 million $ aux entreprises APN et Intellinox.

Visiblement, la patience du maire commence à manquer. «On a promis 1,8 milliard $. C’est ce que monsieur le maire souhaite. Qu’on appuie le projet», répondait le député de Chauveau, Sylvain Lévesque, avant d’être interrompu par M. Labeaume.

«Si vous me le demandez, ce que je souhaite c’est que vous régliez le problème», a lancé le maire. Interrogé plus tard sur le même sujet, il s’est montré incisif, répondant tour à tour : «Tous les partis politiques ont appuyé le projet. Quand tu l’appuies, il faut que les bottines suivent les babines», «Laissez-nous tranquilles avec vos chicanes et régler vos affaires parce que nous autres on a un petit peu de pression», et «Qu’ils s’entendent et qu’ils nous sacrent patience avec leur chicane».

Compliqué

Enfin, M. Labeaume a admis que ça devenait compliqué de faire progresser le projet. «Je vais m’arrêter. Je vais me retenir, mais si ça ne marche pas je saurai quoi dire.»

Sans présumer de la mort du projet de réseau structurant de transport en commun pour lequel le fédéral devrait fournir 1,2 milliard $, il craint néanmoins des retards possibles.

Une partie du problème réside dans la formule de financement du transport en commun en vertu de l’entente fédérale-provinciale en vigueur. Elle favorise les grandes villes qui peuvent déjà compter sur des systèmes de transport en commun, comme Montréal, puisque l’argent est distribué selon l’achalandage des transports en commun. La métropole pourrait ainsi accaparer la majeure partie des 5,2 milliards $, laissant des miettes à la capitale et autres villes. Le gouvernement Legault demande de changer la formule, ce que refuse de faire Ottawa. 

D’autre part, le gouvernement du Québec ne souhaite pas piger dans le Fonds vert québécois pour compenser l’absence financière d’Ottawa comme le suggère la Ville.  

+

HOMMAGE À JEAN-MARIE VILLENEUVE, PHOTOGRAPHE DU SOLEIL

Le maire de Québec Régis Labeaume et Jean-Marie Villeneuve

Le conseil municipal de Québec a souligné, lors de la séance de lundi, le départ à la retraite du collègue photographe Jean-Marie Villeneuve après avoir passé quelque 50 ans derrière la lentille pour le quotidien de la capitale. Le maire de Québec Régis Labeaume a personnellement rendu hommage à Jean-Marie qui avait un jour dit au maire qu’il le voyait plus souvent que sa conjointe. «Ils sont durs avec nous. Ils nous prennent la bouche ouverte et autrement. Et je fais beaucoup de grimaces. Je souhaite bon courage à sa conjointe», a blagué M. Labeaume, tout en encensant le travail du photographe. «Je partage cet honneur avec mes autres collègues qui poursuivent le travail», a répondu Jean-Marie, en disant partir après avoir fait le tour pour avoir photographié tous les maires de Québec depuis Gilles Lamontagne, en passant par Jean Pelletier, Jean-Paul L’Allier et Andrée P. Boucher.  

+

MOINS DE NIDS-DE-POULE À QUÉBEC EN 2019

Le conseiller responsable des travaux publics et du déneigement, Jérémie Ernould, a fait état de l’état des réparations des nids-de-poule depuis le début de 2019. Ainsi, il soutient que les opérations massives d’asphaltage réalisées au cours des dernières années ont porté fruit. «L’an passé, à pareille date, il y avait 6000 nids-de-poule réparés. Cette année, il y en a 3200», explique-t-il. Les 16 équipes dédiées à leur réparation en bouchent 300 par jour. Cette année, le nombre de nids-de-poule rapportés à la ville par les citoyens est de 684 comparativement à 881 en 2018 et 908 en 2017.