Les médias ont tenté, en vain, d’obtenir les commentaires du maire Régis Labeaume à la suite de l’appui de taille de la Coalition avenir Québec. Toutefois, le principal intéressé s’est défilé sans répondre à la question en marge d’une réception donnée à l’hôtel de ville en l’honneur d’athlètes olympiques de la région de retour de PyeongChang.

Tramway: Québec 21 «complètement isolé», selon Labeaume

Pour ou contre. Le chef de l’opposition à l’hôtel de ville de Québec exige un référendum de type quitte ou double sur le projet de réseau structurant de transport en commun (RSTC) de l’administration Labeaume. Jean-François Gosselin, lui, est contre.

Le maire de Québec a pris un malin plaisir à rappeler lundi au Conseil municipal que l’opposition officielle à l’hôtel de ville est maintenant la seule formation politique à se prononcer contre un projet de tramway et à réclamer un référendum.

Il manquait une pièce manquante au casse-tête politique du maire pour mousser son réseau structurant de transport en commun (RSTC). La Coalition avenir Québec (CAQ) l’a fournie lundi après-midi en donnant son aval au projet de tramway, sans exiger une consultation populaire.

Les médias ont tenté, en vain, d’obtenir les commentaires du maire à la suite de cet appui de taille. Toutefois, le principal intéressé s’est défilé sans répondre à la question en marge d’une réception donnée à l’hôtel de ville en l’honneur d’athlètes olympiques de la région de retour de Pyeongchang.

Mais il n’aura pas fallu longtemps avant que M. Labeaume surfe sur l’annonce du caucus régional de la CAQ, sans jamais y référer directement. «Il est le seul maintenant qui veut un référendum. Dans les partis politiques, il n’y en a plus un au Québec. Je n’ai entendu personne d’autre à part les deux [conseillers] de Québec 21 qui veulent un référendum», a lancé le maire pour contrer une nouvelle tentative infructueuse du chef de l’opposition officielle, Jean-François Gosselin.

Le leader de Québec 21 a pris la fin de semaine pour étudier la proposition dévoilée vendredi pour aboutir à sa position de toujours: il faut un référendum. M. Gosselin s’est lancé lundi matin dans une tournée des radios pour expliquer pourquoi.

LIRE AUSSI : La CAQ appuie le tramway à Québec

LIRE AUSSI : Transport: bras de fer entre Lehouillier et les libéraux

LIRE AUSSI : L’Université Laval, une plaque tournante pour le transport en commun

Selon Jean-François Gosselin, un référendum corrigerait la situation.

En entrevue téléphonique au Soleil par la suite, le chef de l’opposition s’est dit particulièrement agacé par le fait que le maire Régis Labeaume n’a pas fait part de ses intentions en campagne électorale. Les citoyens ont donc voté sans savoir ce qui les attendait, fait-il valoir. 

Une formule claire

Un référendum corrigerait la situation, selon le politicien. Il plaide pour une formule «claire, simple» qui permettrait aux électeurs de Québec de se prononcer «pour ou contre» le projet. Pense-t-il le gagner? «C’est pas une question de le gagner ou de le perdre. C’est une question que la population se prononce sur ce projet-là, un projet colossal, immense, qui serait le plus gros que la Ville a connu», répond-il.

Advenant que le oui l’emporte, l’opposition s’engage à rentrer dans le rang. «Si la population dit oui, nous, à Québec 21, avec mon collègue Stevens Melançon, on va collaborer, on va être là pour surveiller les coûts et une bonification du transport en commun», dit M. Gosselin.

Mais pour l’heure, le conseiller municipal de Sainte-Thérèse-de-Lisieux est principalement contrarié par le fait qu’il n’y a pas d’interconnexion annoncée avec la rive sud. Il s’inquiète aussi pour les dépassements de coûts, qu’il croit inévitables, le retrait de voies de circulation aux automobiles, les gains de temps pour les usagers du transport collectif, les impacts du dynamitage pour les tunnels, la fiabilité du tramway en hiver.

Des questions et des demandes réitérées de façon incessante au maire pendant le conseil municipal du soir. Tellement, que le maire montrait par moments des signes d’impatience. «Comment se fait-il que depuis vendredi, je vois en ville beaucoup beaucoup d’enthousiasme. On va laisser aux autres faire les Bonhommes Sept Heures, être négatifs, rapetisser la ville, tenter de ratatiner les esprits. Ils vont dire que ça va coûter le double et le triple. De plus en plus, les opposants manquent d’arguments. Ils sont visiblement complètement isolés», a soutenu M. Labeaume. 

+

RÉSEAU STRUCTURANT: PLUS DE MARCHE POUR LES CITOYENS DE LA HAUTE-SAINTE-CHARLES

Le niveau de service du réseau structurant de transport en commun (RSTC) sera inégal d’un arrondissement à l’autre. Si les résidents de La Cité-Limoilou seront les plus choyés, seulement 1 citoyen de la Haute-Sainte-Charles sur 5 sera directement touché. 

Avec son projet, l’administration Labeaume affirme que 65% des citoyens de Québec et 80% des emplois se trouveront à un maximum de 10 minutes de marche ou 800 mètres d’un arrêt du tramway, du trambus ou d’un Métrobus quand le futur RSTC de la Ville de Québec sera complété en 2026.

Lundi soir, le maire de Québec a ventilé ses pourcentages pour chaque arrondissement. Ainsi, 97 % des citoyens de la Cité-Limoilou seront dans la zone de référence de 800 mètres. Ce pourcentage descend de 20 points, à 77 %, pour l’arrondissement des Rivières. L’arrondissement Beauport est dans la moyenne avec 66 %, tandis que ceux de Sainte-Foy-Sillery-Cap-Rouge et Charlesbourg sont légèrement sous la moyenne avec des taux respectifs de 62 % et de 60 %.

Enfin, la Haute-Sainte-Charles semble avoir été oublié alors que seulement 22 % des citoyens seront à dix minutes ou moins d’un trambus ou d’un Métrobus. M. Labeaume explique la situation par la situation géographique de Lac-Saint-Charles.

Malgré tout, le maire se réjouit que le projet de réseau structurant se déploiera en phase avec le plan d’urbanisme de la Ville. Il estime que 62 % des nouveaux logements connus répondront au critère du 800 mètres tout comme 99 % des projets d’édifices à bureaux déjà annoncés.

Enfin, les établissements dans le domaine de l’éducation seront aussi couverts dans une proportion qui dépasse les 80%. Ce pourcentage atteint même 97 % pour les établissements de soins de santé qui incluent notamment les hôpitaux, les CLSC et les centres de réadaptation.

+

LA VIDÉO DE LA PAGE FACEBOOK DE LABEAUME SUR LE TRAMWAY: