Jean-François Gosselin, chef de l’opposition officielle à la Ville de Québec, et Richard Côté
Jean-François Gosselin, chef de l’opposition officielle à la Ville de Québec, et Richard Côté

Tramway: «pas le bon projet pour Québec», martèle Jean-François Gosselin

Léa Harvey
Léa Harvey
Le Soleil
«On nous a présenté une Cadillac et on se retrouve avec une Lada». Jean-François Gosselin, chef de l’opposition officielle à la Ville de Québec, a présenté, jeudi soir, son mémoire sur le projet de tramway à Québec lors de la dernière séance d’audience publique du BAPE.

En plus de rappeler au BAPE l’augmentation du coût du projet et les nombreux retraits de services proposés initialement autour du tramway – tel que le trambus, le chef de Québec 21 a évoqué à de nombreuses reprises que «le tramway n’est pas fait pour Québec». En expliquant notamment que la Ville n’a pas réussi à «bien cerner les besoins de Québec», Jean-François Gosselin souligne le manque d’«acceptabilité sociale» du projet dans la capitale.

«Le constat est clair au terme de cette semaine de présentations de mémoires par différents citoyens et différents organismes. Les citoyens de la ville de Québec sont d’accord pour un projet de transport en commun. Par contre, le tramway n’est pas le bon projet pour Québec. La preuve, même ceux qui sont pour le projet sont contre les changements [effectués récemment] ou demandent des changements», a-t-il affirmé en mêlée de presse.

Que ce soit lors d’une élection ou d’un référendum, Jean-François Gosselin revendique le fait que les «contribuables» puissent se prononcer clairement sur «le plus gros projet de l’histoire de leur ville».

Dans son mémoire de 56 pages, Jean-François Gosselin recommande notamment au BAPE d’«attendre le dévoilement du projet du troisième lien par le gouvernement du Québec». L'homme, qui prône une « vision régionale » plutôt que municipale du transport en commun, croit que l’intégration des structures, comme le réseau de transport des villes en périphérie, dont Lévis, et des projets comme le troisième lien, sont nécessaires pour obtenir un réseau de transport non pas structurant, mais «performant».

Québec 21 recommande aussi au BAPE de prolonger ses travaux tant que les dossiers présentés par la Ville de Québec au bureau d’audience publique ne sont pas finaux. «Le dossier d’affaires qui a été remis est périmé et date de décembre 2019. Donc ni les citoyens ni le BAPE ne peuvent débattre des vraies données parce que le dossier d’affaires ne sera pas mis à jour avant janvier 2021», a-t-il précisé. M. Gosselin et son équipe ont d’ailleurs interpellé le premier ministre à ce sujet dans une lettre datant du 29 juillet dernier.

À l’instar du chef de Québec 21, le groupe citoyen Tramway, non merci! s’est lui aussi indigné du «manque d’informations critiques» disponibles dans les dossiers à l’étude. Marc Roussin, cofondateur du groupe, souligne que l’organisation souhaite un «développement efficace et logique» d’un réseau de transport en commun à Québec. M. Roussin demande, lui aussi, une formule permettant à la population de donner à la Ville «un mandat clair pour un projet, quel qu’il soit».

En faisant un historique de l’évolution du projet du tramway, Stéphane Lachance, cofondateur du groupe, a notamment qualifié les démarches de l’équipe Labeaume d’«une gifle à la démocratie».

Stéphane Lachance, cofondateur du groupe citoyen Tramway, non merci!

Des propositions citoyennes

Au cours de la soirée, à travers les nombreux groupes et citoyens qui souhaitaient partager les impacts négatifs permanents du tramway, quelques citoyens, loin de louanger le projet, ont apporté des propositions constructives.

Parmi ceux-ci, Émilie Coulombe, une citoyenne de Québec, a présenté son mémoire dans lequel elle citait notamment plusieurs projets de transport international qui pourraient, si la Ville de Québec s’en inspire, améliorer de façon significative le verdissement et l’intégration des cyclistes au réseau structurant.

Alex Tremblay Lamarche a quant à lui souligné la nécessité de préserver les bâtiments patrimoniaux qui, au premier abord, peuvent sembler sans intérêt, mais qui préservent l’âme et l’identité respective des quartiers. Le jeune homme a cité, entre autres, les maisons du quartier Montcalm et les escaliers de fer du quartier Limoilou.

Jean-François Gosselin, chef de l’opposition officielle à la Ville de Québec, a présenté, jeudi soir, son mémoire sur le projet de tramway à Québec lors de la dernière séance d’audience publique du BAPE.

Dernière séance

La deuxième et dernière partie de l’audience publique sur le projet de tramway à Québec clôt donc le processus de consultation publique du BAPE. Au total, 178 mémoires ont été envoyés à l’équipe du BAPE et sa présidente, Corinne Gendron qui ont assisté aux interventions de 70 citoyens au cours des neuf séances d’audience publique.

Au terme de leur processus de rédaction qui débutera dès le 7 août, les commissaires déposeront un rapport complet au ministre de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, M. Benoit Charette. La date limite pour déposer le rapport est fixée au 5 novembre 2020. Le rapport du BAPE sera rendu public dans les quinze jours suivant son dépôt au ministère.

Le BAPE est un organisme gouvernemental non partisan et impartial qui relève du ministère de l’Environnement. Il «permet aux citoyens de s’informer et d’exercer leur droit de parole sur des projets et sur toute question relative à l’environnement qui pourraient avoir des répercussions sur leur milieu ou sur leur qualité de vie».