Selon le maire Régis Labeaume, les provisions de 712 millions $ pour risques, contingences et inflation sont suffisantes pour pallier tout dépassement de coût du tramway.

Tramway: «On va en faire pour 3,3 milliards $», dit Labeaume

Le gouvernement Legault a averti l’administration Labeaume que tout dépassement de coût du projet de tramway sera assumé par la Ville. Le maire ne s’en formalise pas. «On va en faire pour 3,3 milliards $», répond-il.

M. Labeaume réagissait lundi, en marge du conseil municipal, au décret gouvernemental voté mercredi par le gouvernement du Québec. «À la suite d’une décision du Conseil des ministres, tout excédent du coût estimé du projet par rapport aux contributions gouvernementales déjà annoncées devra être résorbé par la Ville de Québec ou faire l’objet d’une contribution additionnelle de la part de celle-ci», a fait savoir le gouvernement.

«Je vous dis qu’on va en faire pour 3,3 milliards $. Y’a rien de nouveau là-dedans», a lancé le maire Labeaume. Jusqu’à maintenant, il a toujours refusé de parler de potentiels dépassements de coûts. Selon lui, les provisions de 712 millions $ pour risques, contingences et inflation sont suffisantes pour pallier tout dépassement.

Par contre, il n’a jamais répondu clairement, lundi, à la question s’il était prêt à couper certains éléments du projet de réseau structurant de transport en commun pour respecter l’enveloppe budgétaire ou encore si tous les éléments déjà dévoilés en date d’aujourd’hui pourront être réalisés à l’intérieur des 3,3 milliards.

Le financement est partagé entre le gouvernement du Québec qui octroie 1,8 milliard $, Ottawa qui allonge 1,2 milliard $ et la Ville qui puise 300 millions $ à même ses budgets.

À ce sujet, le maire a ajouté un élément au décret signé mercredi, mais qui n’a pas fait l’objet d’une annonce. Le gouvernement Legault effectue des débours supplémentaires de 419 millions $. Cette somme s’ajoute aux 215 millions $ déjà consentis pour démarrer le projet de réseau structurant. Cela veut dire que la Ville peut faire un bon bout de chemin en disposant d’une enveloppe initiale de 634 millions $ dont 65 millions $ ont déjà été investis. 

Pas de surprise

Les autres éléments du décret, par exemple l’obligation de construire les véhicules avec 25 % de contenu canadien et d’attendre la fin du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) pour procéder aux expropriations, ne surprennent pas le maire. M. Labeaume a quand même tenu à nuancer que les acquisitions de gré à gré peuvent se concrétiser avant la fin du BAPE. Pour lui, cette façon de procéder n’entraînera pas de retard, d’autant plus que le gouvernement a aussi décrété le respect de l’échéancier. La mise en fonction du tramway est prévue à l’automne 2026.